• 2 commentaires
  •  

    Attente à l’aéroport.

     

    Voila que le capitaine est à l’aéroport Aimé Césaire dans l’attente du Mousse qui revient passer la période hivernale en Métropole ici en Martinique où les conditions sont réellement moins rigoureuses.

    Comme il se doit, il n’est pas question d’être en retard pour ce retour des hirondelles pour leur lieu d’hivernage. J’étais donc en avance d’une heure sur le timing officiel.  Sans compter que l’heure d’arrivée avait pris 20 minutes de retard, ce n’est rien bien sur, à cela le temps de retrouver les bagages sur les tapis roulants, j’avais donc bien du temps à perdre dans cette attente.

    Alors les amis, j’en ai profité pour faire une inspection en bon et du forme des expositions proposées dans le grand hall de l’aéroport. Parmi celle-ci, les toiles d’Hector Charpentier ont su attirer mon attention. Je vous en donne ci après l’intégralité.

    Hector Charpentier, peintre et sculpteur de talent, père fondateur de la figurapstraction, il est devenu l’un des meilleurs ambassadeurs de la culture caribéenne. La figurabstraction est un nouveau concept de création picturale qui, en quelques années, s’est imposée sur le devant de la scène internationale, de Paris, à New York, Genève à Yokohama, de Saint-Tropez à Hongkong, a participé à l’exposition des grands maîtres de l’Art contemporain à Paris. Ce concept, alliant le figuratif à l’abstrait.

    diaporama photo
    exocet3071 sur ComBoost

     

     

    Né en 1950, initié très tôt à la peinture autant qu’au voyage, formé aux beaux Art de Toulouse, Hector Charpentier obtient en 1975 le premier grand prix de sculpteur et on lui décerna le grand prix de France des Arts plastiques. De retour en Martinique, cet artiste Martiniquais, profondément humaniste, acquit la dimension des plus grands peintres contemporains de la planète.


    votre commentaire
  •  

    Visite d’  Ozar

     

    Me voilà de retour en Martinique avec mon fidèle bateau Exocet. Je suis allé rapidement faire un tour du bourg de Sainte Anne qui est ma base de prédilection, et j’y ai découvert avec plaisir un nouveau lieu d’exposition.

    C’est une galerie d’art où une trentaine d’artistes créateurs locaux y présentent leur production.

    Cela se situe rue du Capitaine Constant face au marché, dans une case créole réhabilitée avec goût, dans un cadre fleuri sympathique, je l’avais visité le matin, mais après midi le portail était fermé.

    J’y retourne donc pour vous le faire visiter, dés le lendemain, cela présente bien.

    Des toiles vous ouvrent l’appétit exposées en extérieur, la porte grande ouverte vous aspire.

    Sous la varangue, un banc peut vous permettre un moment de repos dans ce cadre magnifique.

    Nous voilà à l’intérieur, c’est la caverne d’Ali Baba ! Vous y trouverez de tout, depuis de jolis bijoux tels ces pendants d’oreilles.

    Des Yoles constituées avec des canettes, de quoi avoir un souvenir qui vous rappelleront les yoles qui fendent l’eau avec leurs voiles gigantesques.

    Des sacs de plage vous sont proposés.

    Mais encore, je vous laisse découvrir en image ma visite, pour vous inviter à venir à votre tour découvrir ces productions.


    exocet3071 sur ComBoost

    Lorsque vous y viendrez, vous rencontrerez Anne Richard, qui vous donnera bien des explications. Vous pourrez joindre au téléphone, voilà deux N° :

    Tel : 0596 38 44 07

    Tel : 0696 29 80 99

    Le mail est : anne.richard34@wanadoo.fr

     

    Le site web : http://www.ozar.com

     


    2 commentaires
  •  

    Une journée type a Carriacou

     

    Je me propose de vous faire le récit d’une journée à Carriacou, et plus précisément à Tyrell bay.

    Une journée type a Carriacou

    De bon matin la journée s’annonce belle, alors ne pas tergiverser, chausser les chaussures de « rando » et partir au hasard des chemins. Je laisse l’annexe au ponton et sac à dos sur les épaules  me voila prendre un chemin qui grimpe dans les collines, (les mornes).

    Les dernières maisons perchées sur leurs fragiles pilotis laissent la place à la nature sauvage.

    Le mouillage est spacieux, de nombreux bateaux le choisissent pour sa tranquillité, le clapot n’y rentre que dans de très rares occasions. Les fonds sont de bonne tenue, l’eau y est claire,  idéale pour des bains  à volonté

    Une journée type a Carriacou

    Je continue, mon cheminement dans la végétation luxuriante. Un autre point de vue s’offre à moi sur les bateaux tranquilles, sur leurs ancres ou sur des corps mort, qui sont là on ne sait a qui ni de quoi ils sont constitués.

    Une journée type a Carriacou

    Voilà mon chemin, une trace qui conduit à quelques maisons puis se perd dans la végétation après des cases créoles vides de tout habitant, mais encore en état de donner abri à des familles avec un terrain clos pour une production de légumes ou autres herbes aromatiques ou prohibées voir médicinales. (pas de photos)……..

    Une journée type a Carriacou

    Je reviens sur la Grande route pour vous offrir, une vue encore sur les bateaux au mouillage. Je vais faire le tour de la baie pour faire marcher les gambettes.

    Une journée type a Carriacou

    Retour au niveau de la Mer, Exocet est bien sage au milieu de cette photo en première ligne. Vous observerez la tranquillité du plan d’eau.  Vous voyez aussi que les bateaux sont bien à l’écart les uns des autres.

    Une journée type a Carriacou

    J’ai suivi la route (sans grand intérêt) pour partir à l’ascension du morne qui est côté Nord de la baie. De là une belle vue sur la grande zone de mangrove qui occupe justement cette partie de l’anse.

    Une journée type a Carriacou

    Deux bras de Mer trouvent refuge parmi les palétuviers, c’est un excellent abri en cas de cyclone, mais avec pas bien de profondeur d’eau, notamment dans la passe, ce qui interdit l’accès au quillard comme Exocet. Une grande zone portuaire est en cours d’aménagement sur la gauche de la photo, mais les travaux avancent à très petit pas, mis a part le dragage qui est en train d’être effectué rien a changé en deux ans.

    Une journée type a Carriacou

    Je continue mon cheminement, le chemin devient sentier. Mais nous offre un autre point de vue. La journée est belle n’est ce pas.

    Une journée type a Carriacou

    Le sentier devient une trace à peine lisible, les herbes hautes n’ont été foulées par personne depuis des jours, puis je serais bloqué par la densité de la végétation. Une dernière photo avant de rebrousser chemin.

    Une journée type a Carriacou

    J’aurais marché un peu plus de deux heures presque trois. Ça fait du bien le reste de la journée sera repos farniente et méditation, mais au soir le ciel nous offre au couché du soleil une féerie de chaudes couleurs. Ce n’est pas beau ça…………………………

    Elle est bien belle la vie sur Exocet aux Antilles.


    2 commentaires
  •  

    Carriacou bucolique et campagnard

     

    Me voila à Carriacou depuis quelques semaines déjà, le temps de me faire une connaissance de cette île qui a une bonne baie bien abritée de la Mer et du vent. Et qui est en dehors de la trajectoire des cyclones… en principe.

    Mais je vais vous faire découvrir pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’y avoir posé les pieds le côté campagnard de ce petit bout de terre Caraïbe.

    J’ai pris la direction de la côte au vent, qui du mouillage n’est pas trop éloignée il suffit de suivre la route qui devient une piste passée les dernières maisons regroupées. Cette piste carrossable avec un véhicule approprié conduit en bordure de la Mer. Mais comme vous le voyez les sargasses ci accumulent pour former une barrière pestilentielle et dangereuse par les émanations de gaz que ces algues en fermentations dégagent.

    La piste suit la bordure littorale en retrait par derrière les palétuviers et autres arbres de bord de Mer. 

    La végétation est très dense par endroit elle est un bon refuge pour les oiseaux du bord de l’eau, mais aussi des ramiers qui s’envolent à grands battements d’ailes bruyants. Des petites tourterelles courent au sol moins farouches tout en ne se laissant pas approcher. Les crabes qui truffent la terre comme une portion d’emmental, Disparaissent au fond de leur terrier au moindre bruit de pas.

    Un petit arbre attire mon attention, cela ressemble bien à un pommier. Je m’en approche pour examiner le spécimen. Les fruits sont l’exacte réplique de nos pommes mais bien plus petites.

    Mais un fruit qui a explosé comme une Grenade bien mûre me révèle son cœur, et en effet ce n’est pas des petites pommes je ne connais pas le nom, ni si ces fruits sont consommables par les humains, je n’ai pas fait l’expérience du goût bien sur. 

    Ici un cochon avec sa longe entourant un arbre majestueux profite de la fraîcheur de la terre sous la frondaison généreuse des branchages.

    Une troupe conséquente de chèvres appelées ici (Cabris) divaguent librement d’une prairie à un point d’eau. 

    Dans un enclos sommaire, de jeunes bovins pâturent en regardant non pas le train qui passe mais cette personne de blanc vêtu et coiffé d’un panama qui ne leur a pas été présentée.

    Je me fonds contre une clôture, sans bouger ni pieds ni pattes pour laisser venir à moi une harde de moutons qui eux aussi semblent prendre la direction d’une mare d’eau douteuse.

    Le voici cet abreuvoir pour les animaux élevés en presque totale liberté et autonomie alimentaire, pas vue la moindre trace de fourrage ou autre granulé,  c’est du bio de chez bio garanti.

    Il y a bien des parcs clôturés mais les animaux, soit ont les portes ouvertes soit des brèches dans les grillages pour leur laisser liberté de divaguer à leur gré.

    Pas de ferme de milles vaches, pas de porcherie avec des centaines de porcs engraissés à la va vite avec (Satan c'est quoi) Dieu ayant fermé les yeux sur les conneries humaines.


    votre commentaire
  •  

    Balade à Bequia.

     

    Il y a quelques jours étant en escale à Béquia (prononcez béckoè)

    je suis allé faire une balade, pas une rando, non juste de suivre la route qui va au plus loin sur cette île pas bien grande.

    Une échoppe fermée à cette heure matinale propose des maquettes des bateaux de tradition, magnifiques qui s’exportent en bien des pays.

    Une belle vitrine, et un magasin que j’aimerais bien visiter.

    Exocet était bien en sécurité dans ce profond mouillage de Port Élisabeth.

    Voilà la direction à suivre, la route mène à une institution qui se donne pour objectif de soigner les tortues blessées.

    Là aussi sur la côte au vent les sargasses s’échouent en quantité impressionnante.

    Les plages sont désertées, l’odeur et les émanations de gaz toxique ont fait fuir des utilisateurs et les professionnels qui avaient en ces lieux une activité.

    Les résidences hôtelières, elles aussi sont affectées par cette invasion d’algues, elles ne sont pas ouvertes.

    Toutes les baies sont logées à la même enseigne. C’est déserté de toute âme qui y vive. Pourtant il y a des endroits bien charmants.

    Les investisseurs ne si sont pas trompés, mais c’était sans compter sur les conséquences de la recherche du profit d’autres groupes qui ont laissé partir à la Mer des produits qui génèrent cette prolifération des Sargasses.

    Ce petit restaurant escomptant une clientèle de personne avec les dollars déformant leur poche. Ne tourne pas le moins du monde pas un repas de servi depuis bien des jours, des semaines, des mois.

    Pourtant il a une bonne situation sous la palmeraie en bordure de l’eau dans une baie abritée de la houle par les récifs frangeants.

    Nous y voila au sanctuaire des tortues. C’est un peu une arche de Noé, il y a la Poules et coqs, chevrettes et cabris, brebis et moutons, porcs, canards, oies etc.

     

    D’ici aussi le paysage sur la mer et les îles du large et dés plus sympathique, pas mal pour une fermette à vocation écologique.

    Vous en pensez quoi c’est bien propret, non.

    Vous vous voyez finir ici agréablement vos jours, une fois les sargasses retirées…… je ne sais quand. Il y a des lots de disponibles, vous avez le contact téléphonique, et je ne prends pas de commission.

    Autre proposition.

    Et encore aussi en cet endroit.

    Le cours de tennis est déjà construit, et déjà a l’abandon. Profitez il doit y avoir la possibilité à discuter les prix.

    Mais ne construisez pas un deux pièces cuisine, vous passeriez pour des (ploucs).

    Voilà un modèle qui se plaît bien dans le paysage.

    De retour au ponton j’ai photographié ce bateau pour son nom, (Passion), un nom qui me rappelle de bons souvenirs et qui illustre aussi bien mon état d’âme, Ma passion pour la Mer et pour les Antilles.


    votre commentaire
  • Exocet fait route plus au Sud.

    Destination Carriacou


    1 commentaire
  •  

    Coup d’œil sur Béquia

     

    Je vais vous présenter brièvement le mouillage d’Admiralty bay, avec en fond le quai où  accoste les ferrys qui viennent de Kingstown sur l’île mère de Saint Vincent.

    La baie est grande, bien ouverte vers l’Ouest, il y a de la place pour des centaines de bateaux, c’est un port d’entrée pour l’ensemble des îles sous la dominance de Saint Vincent, c’est là que l’essentiel des bateaux de croisière privés, de charter, ou de location font les formalités pour aller au Tobago-cays.

    Je suis monté à la batterie qui protégeait l’entrée de ce havre, du temps des guerres dans les Antilles  entre Français, anglais, mais aussi des incursions de pirates de toutes nationalités, pour avoir une vue d’ensemble.

    Un panneau, un peu défraîchi donne en Anglais les informations sur le lieu, son édification, son utilité, mon anglais des plus sommaire ne me permet pas de le traduire correctement.

    Une batterie de canons est encore en place mais sûrement pas en état de servir, le site était bien propre, nettoyé depuis peu par une équipe de travailleurs que j’avais croisé en montant cette route.

    Bien sur de cette position une vue maintenant partiellement obturée par la végétation permettait de tirer sur tous les bâtiments hostiles.

    Tout à côté du fort Hamilton, se trouve un grand récupérateur d’eau de pluie, comme il y en a sur ces îles sans source ; mais je le pense désaffecté, le réservoir contigu et maintenant squat je n’ai pas osé déranger ses occupants.

    Du bateau, j’avais pris quelques photos de bon matin avec une belle lumière.

    Au matin d’un autre jour, un grand voilier à trois mâts entrait dans la baie sous voilure réduite.

    Il s’agit du Mandalay  qui est enregistré à Zanzibar, il fait des croisières au départ de Grenade, où je le voyais régulièrement au port de St Georges.

    Il a mouillé une ancre dans une manœuvre complètement maîtrisé sans appui des moteurs, et a passé la journée là pour repartir dans la soirée ou la nuit pour une autre escale sûrement.

    Exocet est lui aussi en escale pour quelques jours encore, je vous retrouverais bientôt pour d’autres aventures à vous faire partager


    1 commentaire
  •  

    Une balade à Sainte Luce, Martinique

     

    Je suis à Sainte Lucie île au sud de la Martinique, ce matin j’ai fait une petite balade dans les bois au sud de Rodney Bay, cela m’a rappelé qu'il y a quelques temps de cela avec le copain Jeff nous avions fait une rando sur le chemin littoral de Sainte Luce, et je ne vous en ai pas encore fait profité.

    Une balade à Sainte Luce

    Sainte Luce est une très charmante petite bourgade du Sud Martinique, vivante, dynamique, agréable. Un cheminement permet depuis le centre bourg de rejoindre les plages qui se succèdent tout du long de la côte.

    Une balade à Sainte Luce

    Des panneaux d’informations de ci de là donnent des renseignements.

    Une balade à Sainte Luce

    C’est une enfilade de baie retenant le sable pour donner aux plages de belles images de rêves. On peut apercevoir le diamant au loin, quelques bateaux y trouvent refuge, mais cependant la Mer n’est pas aussi calme qu’à Sainte Anne.

    Une balade à Sainte Luce

    C’est des clubs de plongée qui y ont établi leurs échoppes. Du fait qu’une grande zone est en réserve de pêche la faune y est bien présente.

    Une balade à Sainte Luce

    En voilà un des exemples, c’est accueillant n’est ce pas. Sous ces frondaisons bienvenues pour être à une relative fraîcheur.

    Une balade à Sainte Luce

    Nous y avons croisé beaucoup de promeneurs c’était un dimanche il y avait des moments ou cela devenez même un peu gênant. Jeff fait la photo du petit pont de bois, moi je fais celle de Jeff et de passants.

    Une balade à Sainte Luce

    Les rouleaux sans être importants sont tout de même là, brassant l’eau qui semble plus fraîche ici qu’à la Pointe Marin près du Club Med.

    Une balade à Sainte Luce

    D’ici de là, des locations de canots, de planches, de kayaks.

    Une balade à Sainte Luce

    Une piscine flottante en eau de Mer bien sur permet des activités de natation encadrées par des maîtres nageurs.

    Une balade à Sainte Luce

    Ici un abri pour des yoles avec ce modèle traditionnel toute de bois qui n’est utilisé que dans de rare occasion festive tel que des Mariages m’a ton dit.

    Une balade à Sainte Luce

    Les baigneurs ne sont pas encore nombreux dans l’eau les familles s’installent sous les ombrages.

    Une balade à Sainte Luce

    Chaque plage a son panneau avec les consignes.

    Une balade à Sainte Luce

    Un terrain en herbe fraîchement rasé fait le bonheur de quelques amateurs de ballon rond.

    Une balade à Sainte Luce

    La plage est toute proche alors après le Foot, le bain que demander de mieux.

    Une balade à Sainte Luce

    Cette maison qui n’a rien de typique ni de traditionnel a cependant su retenir mon attention, j’aime bien cette cellule de vie perchée sur ces deux pattes.

    Une balade à Sainte Luce

    Le cadre est charmant, il prête à la rêverie, à la contemplation.

    Une balade à Sainte Luce

    Autre information, nous sommes presque au bout du sentier, Anse Mabouyas. (Lézard de Martinique très coloré).

    Une balade à Sainte Luce

    Nous sommes arrivés au petit abri pour barque de pêche sur la commune de trois Rivières, bien plus connue pour son Rhum.

    Une balade à Sainte Luce

    Pas de gros bateaux ici des barques qui vont cependant bien loin au large, ici on dit aller à Miquelon pour dire loin au large.

    Une balade à Sainte Luce

    Plusieurs formes de pêche sont pratiquées, le casier qui reste au fond quelques jours avec divers appâts, le filet qui va  être déployé en rond pour la capture de poissons de pleine eau, la traîne avec des lignes appâtées avec du vif ou des leurres.

    Une balade à Sainte Luce

    Voila les amis nous sommes de retour à Sainte Luce, 4 heures de marche, par une belle journée un régal.

    Une balade à Sainte Luce

    Après l’effort le réconfort une Lorraine bière locale, servie bien fraîche et offerte par Jeff qui a aussi la charge du véhicule, ce qui manque parfois lorsqu’on vit à bord d’un bateau.

    Elle est bien belle la vie aux Antilles, croyez moi.

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  •  

     

    C'est en compagnie de deux Boat-Potes que Exocet met le cap sur le sud.

    Première escale Sainte Lucie, une navigation des plus sympatique, rapide directe et Agréable

    Bref le bonheur happy


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires