•  

    Trace de belle étoile à grand Macabou.

     

    Une autre balade en Martinique côté terre, je vous y emmène avec moi. C’était il y quelques jours en arrière mais pas une éternité tout du moins. Pour rejoindre ce panneau au quartier de belle étoile sur la commune du Marin, il m’a fallu prendre deux bus, un premier qui m’a conduit au Marin, d’où un second part pour desservir un parcours en zig zag permettant d’être au plus proche de bien des habitants de cette commune très habitée dans des quartiers bien épars dans les campagnes.

    Trace de belle étoile à grand Macabou.

    Cela m’a semblé bien encourageant, une indication simple mais claire, un plan succinct, c’est parti.

    Trace de belle étoile à grand Macabou.

    Une voie unique de béton en raison du dénivelé, trace la route en direction de la Mer, que l’on devine dans le fond.

    Trace de belle étoile à grand Macabou.

    Rapidement, après les deux cent premiers mètres, s’en est fini du béton qui n’était la que pour donner un accès praticable a une maison dans la pente. A cella succède un sentier, ou plutôt une ravine à sec, bien sur il n’a pas plu ces derniers jours. 

    Trace de belle étoile à grand Macabou.

    Je n’avais pas eu bien la possibilité de m’égarer le long de ce « valadas », (nom provençal pour désigner un ruisseau temporaire qui descend au plus court dans une vallée). Mais ce panneau m’apportait confirmation de mon bon itinéraire.

    Trace de belle étoile à grand Macabou.

    Arrivée à la plage, la grande anse de Macabou, belle baie, ouverte à la Mer du large Atlantique, protégée par des récifs coralliens, mais hélas envahie par les sargasses, qui génère des émanations de gaz nauséabonds. Pas un baigneur pour ce faire dorer au soleil, pas plus que d’autre profitant de l’ombre de la cocoteraie, c’est désertique ou plus exactement déserté. Il faut dire aussi que cette plage se mérite car il y a plus de cent pas de toutes possibilité de stationner une voiture.

    Trace de belle étoile à grand Macabou.

    Arrivé au bout de cette très belle anse je me retourne pour en admirer la beauté tranquille. De cet éperon rocheux bien sec, couru par l’alizé les plantes ne sont pas bien hautes, mais ce qui est le plus surprenant, c’est l’absence de trace d’urbanisation, la nature à l’état brut.

    Trace de belle étoile à grand Macabou.

    Le sentier n’est plus visible sur ce plateau rocheux, aussi il faut relier les kernes de l’un à l’autre. Ils sont nombreux, construit pour résister aux éléments, consolidés avec du mortier, mais bien des marcheurs y ont laissé une pierre à leur passage, comme je l’ai fait moi-même.

    Trace de belle étoile à grand Macabou.

    Sur une pointe un peu en hauteur une chapelle vous accueille, les portes sont ouvertes, elles vous invitent à en franchir le seuil, édifice modeste, rustique, marqué par le temps, mais il a son charme.

    Trace de belle étoile à grand Macabou.

    La serrure a disparue, le pas de porte mériterait bien quelques travaux, et un peintre pourrait y passer quelques couches de peinture, elle semble bien à l’abandon.

    Trace de belle étoile à grand Macabou.

    Mais une fois franchit l’huis, la ferveur des personnes s’y fait sentir, des bougies sont allumées, des fleurs égaillent un hôtel ou prônent des statues de la  sainte prospectrice des marins, des offrandes de fruits y ont été déposés, des chapelets en remerciement ou en prières chargent les mains jointes de Marie. Respect. Deux bancs sont la pour ceux qui souhaitent y passer un moment de prière ou de méditation.

    Trace de belle étoile à grand Macabou.

    J’ai posé les trois pierres du haut de ce repère pour envoyer des pensées affectueuses à ceux qui me sont chers au loin de moi.

    Trace de belle étoile à grand Macabou.

    Une autre anse s’offre à mes pas, toujours ces Sargasses envahissantes mais c’est ainsi, c’est, il est possible que ce soit une des conséquences du réchauffement de la planète, voir autres hypothèses, de la pollution des Mers, du déséquilibre de la faune halieutique. Quoi qu’il en soit c’est de la faute des hommes, à eux de trouver la parade sans si possible reporter le problème sur d’autres générations !!!!! 

    Trace de belle étoile à grand Macabou.

    Ce sont des tonnes, des centaines de tonnes et ce ne sera pas des « mesurettes » qui régleront le problème durablement. Les pelles et les râteaux peuvent avoir une efficacité ici ou là sur de petites plages accessibles mais ici par exemple pas de routes, des chemins muletiers, faire une voie pour aller au plus prés des dépôts, mais ensuite en faire quoi ? Méthanisation, engrais, compost, briques compactées pour exporter en guise de combustible ?

    Trace de belle étoile à grand Macabou.

    Ne soyons pas défaitistes, la terre est amour à la fin des Sargasses sur la plage de sable, la roche c’est creusée pour former un cœur, c’est un message que nous dit la terre aimer celle qui nous porte soyez en communion avec elle et vous serez heureux.

    Trace de belle étoile à grand Macabou.

    Vue de plus prés vous le voyez ce cœur, cet amour, ce message, respectez le. 

    Trace de belle étoile à grand Macabou.

    Nous sommes à la pointe Macabou aussi dite pointe grosses roches, falaises de basalte, de lave noire rongées, sculptées par la Mer, le vent, les éléments. La rando n’est pas fini mais cela fera l’objet d’un autre récit.

     

     


    votre commentaire
  •  

    Balade au Cap chevalier.

     

    Les amis je vous emmène faire une balade au Cap Chevalier, vous n’avez pas besoin de vous équiper en randonneur, ce ne sera pas nécessaire. glasses

    Balade au Cap chevalier.

    Le petit bus au départ du bourg de Sainte Anne m’a laissé là, c’est son endroit de demi -tour.

    Balade au Cap chevalier.

    Le Cap chevalier tient son  nom du chevalier de Villarçon qui avait établi en ce lieu une Habitation. Il n’en reste que des ruines.

    Balade au Cap chevalier.

    Récemment il a été édifié une tour d’observation pour découvrir les paysages avec un peu de hauteur.

    Balade au Cap chevalier.

    Du haut en effet une vue sur les îlots et le petit port de pêche qui bien que côté au vent de l’île est protégé par les barrières de coraux.

    Balade au Cap chevalier.

    Vous la voyez la barrière à la gauche de l’îlet Chevalier.

    Balade au Cap chevalier.

    Toute de bois des îles cette tour est bien belle du bel ouvrage assurément.

    Balade au Cap chevalier.

    La charpente de toiture en forme de parapluie est magnifique.

    Balade au Cap chevalier.

    Les ilots sont une réserve pour la protection des oiseaux qui y nidifient.

    Balade au Cap chevalier.

    Les pêcheurs ici comme partout en Martinique pratiquent principalement la pêche avec des nasses qui piègent les langoustes et les poissons de récif.

    Balade au Cap chevalier.

    La pêche est une activité partielle pour beaucoup qui sont aussi guide, taxi boat, et restaurateur, du producteur au consommateur doit être leur devise.

    Balade au Cap chevalier.

    Du grand parking qui a été  aménagé là, un sentier sur un platelage vous fera franchir un marais.

    Balade au Cap chevalier.

    Une fois de l’autre côté un sentier en sous bois vous conduira jusqu’à ce magnifique figuier, dit figuier maudit, de la famille des Ficus, comme ceux que certains ont en intérieur de leur appartement.

    Balade au Cap chevalier.

    A trois pas de là vous arriverez à la plage magnifique est bien courue habituellement, mais en ce moment les algues Sargasses viennent s’y échouer, avec la mauvaise odeur qu’elles produisent ont fait courir ailleurs les baigneurs.

    Balade au Cap chevalier.

    Les Lolos de plage sont de ce fait bien sinistrés. Certains, ont carrément fermés provisoirement, l’espèrent- ils.

    Balade au Cap chevalier.

    Des grands panneaux d’information donne de précieux renseignements sur les aménagements, les zones qui sont interdites au piétinement pour que la végétation y reprenne place, pour que les sites de ponte des tortues soit aussi protégés.

    Balade au Cap chevalier.

    Vous avez aimé cette promenade ? Moi oui, je la referais avec plaisir d’autre fois, et ci vous venez, nous la ferons ensemble, bonne idée non?

     


    1 commentaire
  •  

    Un tour au marché des producteurs

     

    Je vous emmène si vous le voulez faire une visite du marché qui a eu lieu ce samedi avant Pâques. En effet des chapiteaux avaient été dressés par les employés de la mairie du Marin pour donner un abri aux quelques producteurs de fruits ou légumes mais aussi de petits producteurs de pâtisseries ou autres boissons locales.

    Un tour au marché des producteurs

    Les jeunes vendeuses pour cette occasion affichent leurs plus beaux sourires.

    Un tour au marché des producteurs

    L’ambiance était bon enfant, les clients pas des plus nombreux.

    Un tour au marché des producteurs

    Ici un jeune artisan proposait des poteries de traditions, marmites de terre cuite, confectionnées à la main, sans l’usage d’un tour de potier, ainsi que les réchauds de terre cuite aussi, qui font la paire avec les marmites petites, moyennes ou grandes. Il avait aussi outre quelques punchs maison des pilons de bois qui ne doivent plus avoir tant d’utilisation de nos jours, mais de belle facture.

    Un tour au marché des producteurs

    Vous voyez aussi au devant de cet étal des petits bancs de bois, et aussi des balais de feuilles de palmier.

    Allons maintenant sous la halle permanente du petit marché. Il y avait en cette occasion plus de marchands qu’a l’accoutumé, bien des artisans avaient pris possession des lieux.

    Un tour au marché des producteurs

    Colliers de graines des Antilles. Qui ont des vertus, soit disant unique !!!!

    Un tour au marché des producteurs

    Le banc des épices, confitures, punch aux effets stimulants avec des noms qui prêtent à sourires, et des préparations culinaires en bocaux avec des origines variées.

    Un tour au marché des producteurs

    Une artiste peintre, exposait ses productions sur des supports différents, Laque sur magnettes, peintures sur toiles, aquarelles sur papier, cadres, et encore des femmes découpées dans des tôles et laquées.

    Un tour au marché des producteurs

    Cette autre jeune femme propose des bijoux de sa production dont la base est essentiellement confectionnée avec des perles de rivière produite à Margarita (île Vénézuélienne) dont elle dit avoir l’exclusivité.

    Un tour au marché des producteurs

    La nous remontons aux années hippies. Cette dame, tricote au crochet des bonnets et casquettes rasta, mais aussi confectionne des bijoux variés avec un peu de tout, plumes, graines, coquillages, corail….

    Un tour au marché des producteurs

    Un étal de chapeaux de fibre de coco mais je doute de la fabrication locale, car ces chapeaux se retrouvent  dans bien des boutiques de souvenirs.

    Un tour au marché des producteurs

    Cette dame, confectionne des poupées de chiffon, avec des tissus de madras et plusieurs sujets, animaux, doudous,  c’est au moins bien un artisanat, et une production confidentielle.

    Un tour au marché des producteurs

    Ce rasta, en plus de colliers, bracelets, boucles d’oreilles de graines, propose des calebasses gravées avec divers motifs,  certaines percées de diverses façons qu’une bougie feront ressortir.

    Un tour au marché des producteurs

    Encore des bijoux, des parures, des brillants pour se mettre aux oreilles. Un bon miroir pour les alouettes qui s’attardent devant tous ces strass et brillants de milles feux.

    Un tour au marché des producteurs

    C’est incroyable tout ce que les gens proposent à la vente comme babioles, les prix semblent parfois bien dérisoires au vue du temps passé pour leurs élaborations. Des retraités se font ainsi un complément de moyen, tout en restant actifs et au contact des chalands. Là aussi, des petites robes pour très petites fillettes à 15 euros c’est pourtant un bien long travail pour les réaliser !!!

    Un tour au marché des producteurs

    Je terminerais ici la visite que je vous ai proposée par le gentil sourire de cette artiste avec qui j’ai passé un bon moment de discussions et dont je vous ai présenté le travail pris sous un autre angle.

    Un tour au marché des producteurs

    Une bière à la main sur la plage du bourg à trois pas du marché en face d’Exocet qui m’attendait sagement avec ses copains sur le plan d’eau, et la matinée se termine ainsi, c’est bien cool les Antilles.

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    Les ti cases créoles

     

    Je suis tombé sous le charme des petites maisons traditionnelles de la Caraïbe, elles sont une juste adaptation logique aux conditions de vie, au climat, à l’économie.

    Je vais illustrer ce texte par quelques vues de ces belles demeures bien souvent en disgrâce.

    Les ti cases créoles

    Sur le bord de Mer à Sainte Anne emplacement de premier ordre.

     

    En effet que faut-il ici pour avoir un abri qui soit adapté à ces critères ? La vie peut être simple aux Antilles, pas de chauffage, nul besoin, pas d’isolation thermique, les températures de jour de nuit et en toutes saisons sont proches est compatibles avec le (confort), l’isolation phonique ne posait pas de problème. Il suffit donc d’un toit des pièces bien ventilées et d’une cuisine qui peut être sommaire voire extérieure sous un simple abri du soleil et de la pluie.

    Les ti cases créoles

    Sa voisine avec un jardin en plus. Qui est à la vente, à quel prix ?

     

    Cela a bien suffit à des générations de gens biens en harmonie avec leur lieu de vie. C’est un peu le passé, il faut maintenant une télé, si possible grand écran, donc des canapés confortables pour supporter confortablement le temps que l’on passe à regarder ce qui est la vie…… 

    Les ti cases créoles

    Celle-ci est encore en vie, je n’ai pas osé prendre l’intérieur mais c’était bien chaleureux.

     

    Alors les bruits extérieurs deviennent nuisances, isolation phonique des murs, des ouvertures, des toitures. Du coup les maisons deviennent des bunkers, alors il y fait anormalement chaud et humide, la climatisation vient au secours de la population. Et les habitats ont évolués dans ce sens. Les ti cases sont abandonnées pour la plus part, c’est dommage elles avaient leur charme, et ne demandaient pas de gros investissement, une barque quelques nasses, un panier de poissons faisaient vivre une famille, c’est un autre temps.

    Les ti cases créoles

    Petite, coincée entre deux grandes bâtisses, abandonnée.

     

    Maintenant pour afficher superbe, il faut avoir une bâtisse qui pour moi ressemble à des hôtels, des pièces en grands nombres, des terrasses couvertes en démesure, des parkings sous l’abri de la maison pour les puissants 4X4 de la famille avec un beau carrelage au sol pour ne pas avoir l’air de nécessiteux et j’en passe. Seul dilemme, le coût de ces palaces, et leur coût d’entretien, du coup pas suffisant d’aller au matin prendre un panier de poissons il faut aller travailler bien loin de sa maison toute la journée, un salaire n’y suffit pas il en faut deux voir plus si les enfants vivent encore avec les parents, les palaces sont vides sans vie tout au long du jour alors protégeons ce bien si précieux, Murs, palissades, grilles, barreaux, alarmes, chiens menaçant, cela ne va plus avec les Ti cases qui n’avaient pas de serrure aux portes et où la vie était permanente, cela c’était un foyer

    Ainsi va la vie, est ce qu’il n’y a pas eu un (beug) quelque part ?.....

    Les ti cases créoles

    Transformées, les portes & fenêtres murées, transformées, mais qui abritent encore une famille en cœur de bourg.

    Les ti cases créoles

    Comme sa voisine encore un peu de vie ici.

     

    Les ti cases créoles

    Transformée en gîte pour touristes, une belle reconversion à mon idée.

     

    Les ti cases créoles

    Celle-ci avec ses barreaux et porte blindée a perdu son authenticité.

     

    Les ti cases créoles

    Belle reconversion en boutique qui a permis de garder son rang à cette demeure de la place de l’église.

     

    Les ti cases créoles

    Quel sera le sort de celle-ci ? Mais je ne suis pas optimiste pour elle.

     

    Voila ma visite ce termine la je n’ai pas pris toutes les Ti cases du bourg, venez les découvrir par vous-même un de ces prochains jours, mois, ans. Mais ne tardez pas de trop elles sont bien sur le fil du rasoir pour certaines. 

    Les ti cases créoles

    Pour terminer cet inventaire la maison qui est le cabinet médical du bourg. Il y a des grilles qui sont malheureusement nécessaires pour ce lieu.

     

     


    votre commentaire
  •  

    Le carénage d’Exocet.

     

    Une opération qui revient chaque année pour que les coques des bateaux soit propres et de ce fait performantes, c’est le carénage. En quelques photos je vais vous conter cette opération.

    Il est donc nécessaire de faire sortir de l’eau le bateau, le choix pour cette année c’est porté sur la marina de Bas du fort en Guadeloupe, les tarifs y sont compétitifs.

    Le carénage d’Exocet

    Exocet s’est présenté dans la darce où le travelift le sortira de l’eau.

     

     La zone de travail est propre toutes de grandes dalles de béton et une légère pente draine les eaux de pluie et de nettoyage vers un grand caniveau, c’est réglementaire mais aussi bien agréable de travailler sans avoir les pieds dans la boue et les résidus de peinture comme c’est le cas en d’autres lieux.

    Le carénage d’Exocet

    La quille d’Exocet repose sur des cales de bois, les manutentionnaires sont à l’œuvre.

     

    Une fois le bateau sorti de l’eau, suspendu à de larges et solides sangles, l’engin de levage et de manutention (travelift) vient poser sur des bois la quille du bateau. Les manutentionnaires installent des tins (des étaies) pour tenir la coque en plusieurs endroits choisis pour leur résistance.

    Le premier travail à faire est un grand nettoyage avec un jet d’eau à forte pression, (Karcher) que les chantiers louent. C’est une opération physique qui n’est pas agréable à faire car on termine cette corvée mouillé de la tête aux pieds, salle de toutes les algues et peintures diluées qui vous ont douchées. Mais ne pas se plaindre ici l’eau n’est pas froide, j’ai connu de tel travail en métropole en début de saison et les conditions étaient bien moins agréables.erf

    Une fois ce grand nettoyage fait, la coque sèche, fignolage il peut rester ici ou là des coquillages qui ne sont pas partis, des filaments d’algues, des sur-épaisseurs de peinture, aussi : un grattoir dans la main je parcours les œuvres vives de la coque (partie d’une coque qui se trouve dans l’eau) puis un autre tour avec du papier de verre. Les œuvres mortes, (a contrario c’est la coque que l’on voit lorsque le bateau est dans l’eau) elles ont droit à un traitement spécial, acide Chlorhydrique dilué pour décaper le tartre qui à la longue a terni les flancs du bateau. Un grand rinçage général terminera les préliminaires. Ouf.cool

    Coller un adhésif pour délimiter la surface à peindre tout au tour des flancs d’Exocet, (scotch rouge visible sur la photo)

    Le carénage d’Exocet

    Le travail de peinture antifouling a commencé.

     

    Le Mousse a mis la main à la patte pour passer une série de couches de peinture isolante sur les endroits où la quille laissait apparaitre la fonte qui la constitue. Les marques gris argenté que l’on voit. C’est de très bonne heure que j’ai attaqué la première couche d’antifouling. La météo semblait être favorable à une journée de peinture, pas encore chaude, le ciel pas menaçant, pas de vent, cool. Il me faut deux heures trente pour faire le tour complet d’Exocet puis un petit quart d’heure pour nettoyer le matériel et ranger tout cela.

    Le carénage d’Exocet

    Je m’applique pour avoir un bon résultat au final.

     

    Une couche dans un sens, un passage dans le sens inverse, les coups de rouleau bien croisés pour ne pas faire de manque, ni avoir des coulures ou surépaisseurs. A faire les choses autant les faire bien, c’est toujours comme cela que je fais, je ne vais pas changer à mon âge, non.

    Le carénage d’Exocet

    Concentration, application, précision.

     

    Les deux couches une fois passées, j’ai déplacé un à un les tins pour pouvoir peindre là où se trouvaient les patins de ces trépieds réglables, c’est un travail qu’il faut faire avec beaucoup de sérieux, Placer un nouveau tin proche de celui que l’on va enlever, le mettre en tension avec la vis de réglage jusqu'à pouvoir mollir sans trop de force le tin à enlever. Puis passer au suivant il y en avait quatre qui étaient déplaçables, et deux que je ne pouvais pas changer d’endroit. Je n’ai pas hésité à en positionner deux de plus, trop fort n’a jamais manqué. Deux couches appliquées sur les traces des patins et une troisième tout du long de la flottaison car il y avait de la matière en rab, et inutile de garder des fonds de pots d’un an sur l’autre, juste garder un fond pour les dernières retouches avant la mise à l’eau.

    Le carénage d’Exocet

    Voilà le travail fini. 

     

    Le scotch de démarcation a été enlevé reste le filet décoratif que l’on a changé au cours de ce carénage. Les deux tuyaux qui sortent de la coque sont les sorties des eaux d’évier et lavabo qui sont drainés vers l’égout pour ne pas polluer ni salir la coque.

    Le carénage d’Exocet

    Trois pots de cette peinture ont  été employés.

     

    Le carénage d’Exocet

    Exocet attend le travelift.

     

    Le carénage d’Exocet

    Le voilà qui arrive avec un bon retard mais il arrive.

     

    Le carénage d’Exocet

    J’avais préparé des cartons pour isoler les sangles de la coque.

     

    Le carénage d’Exocet

    Les dernières retouches une fois le bateau soulevé et les tins enlevés.

     

    Le carénage d’Exocet

    Exocet va  retrouver son élément, l’eau, la Mer, les flots.

     

    Le capitaine et son mousse sont contents d’avoir fini cette semaine de travail,

    et contents aussi du résultat.

    Tu es bien beau mon bateau, tu vas être fier de toi

    comme je suis fier de toi.

     

     


    1 commentaire
  •  

    Les généraquois parmi nous.

     

    Voila que la période où Exocet a reçu avec plaisir des invités vient de se terminer. En effet après la venue des enfants à bord pour une escapade depuis Saint Martin jusque aux B V I, British Virgin Island. Ceux sont des amis de longue date, Pierre & Sylvie qui sont venus changer un peu la routine de la vie du bord.

    Les généraquois parmi nous

    Pierre à l’arrivée en Guadeloupe.

     

    Nous avons bien aimé ces moments de partage, nous c’est le mousse et moi, mais aussi Exocet qui a donné à tout son équipage toutes satisfactions, depuis la Guadeloupe, île mère, nous sommes allés tremper la quille du bateau dans les eaux de l’archipel des Saintes, la traversée d’une vingtaine de miles c’est passé dans de bonnes conditions. Les amis souhaitant plus faire connaissance des îles, que de faire au quotidien des miles et des miles, nous avons passé aux Saintes trois nuits, le lendemain de notre arrivée, nous avons loué des scooters pour parcourir en tous sens l’île de terre de haut, avec la visite fort intéressante du Fort Napoléon qui enferme un musée, une collection de plantes en relation avec le jardin botanique de Monaco.

    Les généraquois parmi nous

    Pierre dit pierrot, Sylvie et le captain au fort Napoléon.

     

     Il accueille également une famille d’iguanes qui fait aussi l’attraction. Belle journée donc que ce jour de balade, visite, pique nique.

    Les généraquois parmi nous

    Pique nique sous un carbet plage de Pompierre.

     

     Nous avons clôturé par un bon moment à une terrasse, vue sur le mouillage du bourg, une ou deux bières à la main.

    Les généraquois parmi nous

    Elle est bien belle la vie.

     

    Le jour suivant, c’est l’îlet cabrit que nous avons mis à notre programme, traversée en annexe, ascension jusqu’au fort Joséphine, dont il ne reste que des vestiges et des cabris par dizaines, mais d’où la vue sur les îles est magnifique. 

    Les généraquois parmi nous

    Le mousse qui donne du pain sec aux cabris.

     

    Les généraquois parmi nous

    La baie des Saintes.

     

    Balade bucolique donc et prise de nombreuses photos. Le repas de 13 h sera pris à bord et l’après midi sera faite de repos, lecture, bains, et parties de Belote endiablées.

    Les généraquois parmi nous

    La partie de cartes à bord d’Exocet.

     

    Au réveil la journée qui s’annonce belle nous verra quitter les Saintes pour aller sur Marie Galante. Pierrot prendra beaucoup de plaisir à tenir la barre d’Exocet durant toute la navigation, le vent est bien agréable, la Mer belle, et si la route ne pouvait pas être directe en partant des Saintes petit à petit le vent tournant vers le sud, a donné la possibilité d’arriver à Saint Louis en fin de matinée.

    Les généraquois parmi nous

    Pierrot à son bonheur.

     

     Nous avons loué une voiture pour 24 heures ce qui nous a permis de faire la visite de Grand bourg le jour même, et le tour de l’île le lendemain, avec comme il ne pourrait en être autrement la visite des Rhumeries et dégustation des productions locales.

    Les généraquois parmi nous

    Le point d’information et de dégustation de la distillerie Poisson.

     

    Retour sur l’île mère au petit largue, allure du bateau avec le vent en avant du travers tribord. Allure confortable et rapide pour cette traversée, le barreur tout à sa joie de mener Exocet sur une Mer pas forte mais bien formée, avec de jolies vagues qui par moments, montaient à l’assaut du bordé pour éclabousser le pont. Notre atterrissage a été sur Saint François, nous avions mis cette destination pour deux raisons, une pour y revoir des amis de Port Camargue, et l’autre pour assister au défilé du carnaval prévu le lendemain au soir. Les amis étaient contents de nous revoir, comme nous de les retrouver, pour le Carnaval la satisfaction est moindre mais il fallait bien mettre cela au programme.

    Après les deux nuits passées là, route sur Gosier, une quinzaine de miles vent arrière avec une Mer plus formée de grosses vagues en début de navigation puis plus rondes et longues pour finir. L’abri de l’îlet gosier nous a accueillis pour la aussi de belles journées et des nuits tranquilles.

    Les généraquois parmi nous

    Les écrevisses ou Ouassous.

     

    Nous avons terminé le séjour de nos amis par une découverte de la Guadeloupe en voiture. Visite de la Rhumerie Damoiseau, halte à la cascade aux écrevisses (les Ouassous, non local des écrevisses), repas dans un resto de plage bien sympa, que du bonheur.

     


    votre commentaire
  •  

    Les Baths c’est bat.

     

    Nous avons mis à profit d’avoir avec nous les enfants pour faire une petite, trop petite expédition aux BVI (Britsh Virgins Islands) depuis Saint Martin. Le lieu incontournable de ces îles est sans contestation : Les Baths.

    Nous y sommes donc allés et c’est sans aucun regret je vous l’assure. Il faut y être de bonne heure pour avoir un peu de tranquillité, car les croisiéristes par quantités incroyables, dés les premières heures de la matinée y déferlent.

    Exocet a pu trouver une bouée de corps mort libre, car interdiction de mouiller sur ancre dans ce site protégé, puis l’annexe ne peut être laissée à la plage, une ligne d’eau en ferme l’accès, c’est à la nage que l’on doit parcourir les derniers 50 mètres.

    Je ne vous en ferais pas un article long en texte, contentez vous de ces quelques illustrations, et venez par vous-même y trouver l’émotion, devant ces blocs immenses qui vous ramènent à l’état de lilliputiens.

     

    Les Baths c’est bat.

    Régine au sortir d’une cavité.

    Les Baths c’est bat.

    Régine et Sébastien, donnant l’échelle des blocs de granit.

    Les Baths c’est bat.

    Christelle avec un chapeau de quelques tonnes.

    Les Baths c’est bat.

    Le mouillage devant les Baths.

    Les Baths c’est bat.

    Tous prêts pour l’expédition.

    Les Baths c’est bat.

    C’est parti attention les têtes !!!

    Les Baths c’est bat.

    De bien belles nuances de couleurs.

    Les Baths c’est bat.

    Régine et un bloc cyclopéen.

    Les Baths c’est bat.

    Coucou le webmaster.

    Les Baths c’est bat.

    Un couple bien encadré.

    Les Baths c’est bat.

    Et qui ne craint pas de se mouiller.

    Les Baths c’est bat.

    Régine de l’eau à la taille houp, j’ai peur.

    Les Baths c’est bat.

    Je suis un peu rassurée.

    Les Baths c’est bat.

    Les humains sont comme des microbes en ces lieux.

    Les Baths c’est bat.

    Le bain de Vénus !!!!

    Les Baths c’est bat.

    Même en hauteur les échelles sont surprenantes.

    Les Baths c’est bat.

    Le capitaine est bien dépassé.

    Les Baths c’est bat.

    Le mousse ne se sent pas rassurée.

    Les Baths c’est bat.

    Christelle en starlette du bord.

    Les Baths c’est bat.

    Ti bisous, sur un gros caillou !!!

    Les Baths c’est bat.

    Bain à remous.

    Les Baths c’est bat.

    Sébastien cool, c’est les vacances.

    Les Baths c’est bat.

    Une image zen pour vous amis et famille.

    Les Baths c’est bat.

    Ce site vous attend, venez y ressentir la grandeur de la nature.

     

    Je vous souhaite d’avoir passé un bon moment avec ces quelques photos.

    A bientôt pour d’autres aventures d’Exocet.

     

     


    1 commentaire
  •  

    Retour en Guadeloupe

     

     

    Mon mousse dort dans le carré derrière moi, elle fait relâche après ces derniers jours ou j’ai enchaîné les navigations pour rejoindre la Guadeloupe ou nous sommes arrivés en tout début d’après midi, après 4 étapes de navigations de jour. (Le 01/02/2015).

    Retour en Guadeloupe

    Le mousse durant les vacances des enfants.

    Ce matin je l’ai sortie du lit ou plutôt de la banquette du carré à 4 heures je ne dormais pas et je souhaitais arriver à Deshaies pas trop tard, ce qui fut fait.

    Retour en Guadeloupe

    Le Capitaine a bord d’Exocetina.

    Les étapes se sont courues par des conditions de très petit temps pour les 2 & 3, la 1er course de St Martin à St Barthelemy (st Barth) avec un petit vent dans le nez elle n’a pas aimé. (Avec le courant dans la pipe les bords étaient bien moins que carrés) La deuxième navigation qui arrivait à Nevis à petits pas de sénateur, dans des brises bien légères. Cela à donc était long. La 3em itou pour mouiller à Montserrat sous le volcan encore en petite activité, et mauvaise nuit dans le bateau qui roulait beaucoup. L’ultime étape du jour avec du vent bien comme il faut, moi j’y ai pris plaisir, le mousse bien moins mais la vitesse nous a permis de faire une bonne moyenne et d’arriver bien comme nous le souhaitions en tout début de l’après midi.

    Retour en Guadeloupe

    Au revoir Saint Martin.

    Me voila donc en Guadeloupe où les copains de Générac nous rejoindront pour une quinzaine de jours, j’ai du travail sur le bateau pour ne pas trouver le temps long à les attendre.

    Retour en Guadeloupe

    Le capitaine qui continue un travail qu’il n’arrive pas a finir.

    Les enfants ont retrouvé Nîmes et leur maison, cela m’a fait plaisir de les avoir à bord, nous avons pu faire le programme souhaité, les îles vierges Anglaises (B V I ) British Virgin Island. Bien rapidement hélas car toute une saison de six mois pourrait ne pas permettre de tout voir, mais le retour étant difficile si tôt des conditions  favorables il ne fallait pas attendre, ensuite nous avons fait le tour de St martin avec de très beaux mouillages, des jolis paysages, et des bains à profusions, entre coupés de petites navigations. Et de shopping pour des souvenirs de voyage. Mais aussi quelques restaurants et une soirée Casino, pour flamber quelques billets de 20 US Dollars. Pas de problème, le sourire aux lèvres pour Christelle, Sébastien au petit soin pour nous tous et pour le bateau, le mousse avait plus d’entrain et ne faisait pas trop voir ses craintes et angoisses. 

    Retour en Guadeloupe

    Retour en Guadeloupe

    Un repas dans un Lolo incontournable, à Grand Case

    Je vous avais bien négligés depuis quelques temps, ne m’en veuillez pas, le moral me faisait défaut, puis le Webmaster en vacances à profiter de tous ceux qui peut ce faire ici, je n’allais pas lui donner du travail en plus.

    Retour en Guadeloupe

    Le Webmaster en vacances. 

     


    2 commentaires
  • Bon Anniversaire Capitaine

    Nous te souhaitons un bon Anniversaire,Cap'Tain,

    mets les glaçons au frais on arrive pour trinquer happy


    3 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

    Bonne et Heureuse année à tous. happy

    Que la santé reste au rendez-vous,

    Que l'amour comble vos chagrins, et que l'argent ne vous manque pas.


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires