• Cap au sud pour Exocet

    Au matin de ce samedi 15 mars, Exocet a dirigé son étrave dans le Sud.

    Il était 6 heures locale, le moteur ronronné de plaisir en retrouvant la sollicitation du capitaine. Le guindeau remis à neuf reprenait du service en remontant à bord les 30 mètres de chaine du mouillage et l’ancre qui s’était enfouie depuis bien des jours dans les fonds de la baie de Marigot. La grand voile était partie à l’escalade du mât et flappe dans le petit air du matin avant qu’Exocet ne prenne la route qui en contournant Saint martin, puis Sint Maarten en hollandais par l’Ouest, ne prenne la direction de Saint Kitts. 60 Milles nautique à courir sur une Mer belle, tracté par une brise d’Alizé bien câline.

    Une petite troupe de Dauphins est venue dire à bientôt à l’étrave pour le plaisir du Mousse. La navigation a été vraiment cool au pré débridé, une chasse nous a distraits un moment des dizaines de fous tournoyaient et plongeaient sur un banc de poissons qui lui était attaqué par de plus gros qui voulaient satisfaire leur appétit matinal. Beau spectacle sans autre spectateur que l’équipage d’Exocet.

    Cap au Sud

     

    Avant que le jour ne laisse place à une obscurité contrariée par une Lune entière et resplendissante, l’ancre était allée se ficher dans le sable qui couvre les fonds de la baie de Basse terre, ville principale de saint Christophe. La position que certains de nos lecteurs amis nous demandent de préciser est :

    17° 17 739 Nord 62° 46 984 Ouest.

    Cap au Sud

     

    Moi je me suis régalé de cette remise en pratique de la navigation. Le Mousse soit avait moins de stress soit était un peu sous l’emprise de médoc ad hoc, mais était serein, ça agrémente l’ambiance du bord.

     


    4 commentaires
  •  

    34 th. St. Maarten Heineken Régatta

     

    C’est jours derniers, du 6 au 9 mars, il y a eu ici à Saint Martin la 34iéme édition de la célèbre régate qui est sponsorisée par le brasseur Hollandais : « Heineken »

     

    34 th. St. Maarten Heineken Régatta

    Voila la couverture des instructions de course, et le programme.

     

    J’ai pris l’annexe d’Exocet, l’appareil photo, et suis allé assister à l’arrivée des premiers bateaux au large de la baie de Marigot, ils venaient depuis « Simpson Bay ». C’était la deuxième manche, la première la veille faisait le tour de l’île, en partant de « Simpson Bay » l’arrivée était jugée devant « Philipsburg ».

     

    34 th. St. Maarten Heineken Régatta

    Voilà le premier bateau qui allait passer la ligne d’arrivée.

     

    34 th. St. Maarten Heineken Régatta

    Le 2iéme. Il avait fait un bon trou avec ses concurrents.

     

    34 th. St. Maarten Heineken Régatta

    Le 3iéme. Il était bien serein, pas de concurrents pour le faire douter.

     

    34 th. St. Maarten Heineken Régatta

    Après avoir vue passer quelques concurrents qui allaient franchir la ligne d’arrivée je suis allé au niveau de la dernière bouée du parcours avant l’arrivée.

     

    34 th. St. Maarten Heineken Régatta

    J’ai encore fait une photo par concurrent ou presque.

     

    34 th. St. Maarten Heineken Régatta

    Les équipages me saluaient avec sympathie. 

     

    34 th. St. Maarten Heineken Régatta

    Lorsque deux coureurs arrivaient ensemble, cela faisait monter la pression.

     

    34 th. St. Maarten Heineken Régatta

    Le spectacle a durée, durée un grand beau moment.

     

    34 th. St. Maarten Heineken Régatta

    Voila le premier catamaran.

     

    34 th. St. Maarten Heineken Régatta

    Le 2iéme cata

     

    34 th. St. Maarten Heineken Régatta

    Le 3iéme

     

    Après être retourné sur Exocet, tout en laissant le comité de course continuer à pointer les bateaux au passage de la ligne, il avait du travail car parait-il, il y avait plus de 200 bateaux en lice.

    Nous sommes allés le Mousse et moi voir les animations qui se mettaient en place sur le front de Mer où toute la place était réquisitionnée pour l’occasion.

    Puis de là, à la marina qui était sujette à l’assaut des concurrents, qui voulaient y trouver un bout de quai, ou à défaut un bateau pour y prendre couple, qui leur permettent de par, cet intermédiaire pouvoir poser les pieds à terre, car rares bien sur étaient les bateaux qui avaient leur annexe pour régater.

    Nous avons flashés sur un concurrent dont le nom rappellera des souvenirs aux amis de Port Camargue. 

     

    34 th. St. Maarten Heineken Régatta

    Parma ancien bateau de jean Louis, racheté à Alain, avec lequel un équipage d’amis a couru la course de l’ARC : Jean Louis, Dominique, Vincent, Patrick.

     

    34 th. St. Maarten Heineken Régatta

    Voila l’ambiance que cela donnait avec une averse qui nous a conduits à l’abri d’un carbet protecteur. 

     

    34 th. St. Maarten Heineken Régatta

    Le lendemain, nous étions un copain, Alain et moi sur la zone des départs pour voir les séries se succédaient sur la ligne de départ.

     

    34 th. St. Maarten Heineken Régatta

    Voila un départ.

     

    34 th. St. Maarten Heineken Régatta

    Une autre série sur la ligne.

     

    34 th. St. Maarten Heineken Régatta

    Il n’y avait pas que des bateaux récents.

     

    34 th. St. Maarten Heineken Régatta

    Mais certain ne passait pas inaperçu.

     

    34 th. St. Maarten Heineken Régatta

    Il y avait aussi des bateaux de voyage avec un équipage restreint, L’important étant de participer.

     

    Voila je vous ai fait un résumé de cette Heineken Régatta je souhaite qu’il vous est plu. Mais les régates de la baie d’Aigues Mortes avaient un tout autre niveau sportif.

     

    34 th. St. Maarten Heineken Régatta

    Dans peu de temps Exocet redescendra en Guadeloupe pour le retour du mousse en métropole.

    Mais c’est une toute autre histoire.

     

     


    1 commentaire
  •  

    Carnaval à Saint Martin.

     

    Il en est ici comme dans bien des endroits dans le monde,

    Carnaval est une fête incontournable. Cela dure bien des jours, avec différentes manifestations, qui dés le :

    • 9 février, ouvrait les festivités, Pré-parade à Grand Casse (commune à quelques Km de Marigot) 
    • 16 février, pré parade à Sandy-Ground (quartier de Marigot)
    • 23 février, parade des enfants
    • 27 février, concert de calypso
    • 28 février, élection d’une (Miss élegant plus size) 
    • 01 mars, 5 heures du matin (jouve jump-up) la parade des habitants, libre de toutes contraintes
    • 01 mars, 20 heures, concert (ka’ribean riddim)
    • 02 mars, 14 heures, parade des groupes constitués
    • 03 mars, concert de Soca
    • 04 mars, 14 heures, parade des groupes constitués
    • 05 mars, 14 heures clôture du carnaval

    Nous n’avons pas suivi toutes ces manifestations, mais avons assisté à la parade des enfants, voir blog :(Un coucou de Saint Martin).

    Puis aux parades des 02 et 04 mars, dont voici un aperçu en photos :

    Voilà que j’irais bien à la chasse aux papillons moi.

     

    Le Mousse avec sa robe aux papillons a posé avec un représentant du groupe des « Butterfly » (Papillon en Anglais)

     

    Un autre bien joli spécimen.

     

    La version en plus clair élégante aussi, n’est ce pas ?

     

    Mais encore, où donner de la tête, devant toutes ces beautés.

     

    Une autre pleine de grâce et un air malicieux en prime.

     

    Ce n’est pas fini ce n’est qu’un aperçu seulement.

     

    Au suivant,  au suivant chantait le grand Jacques Brel.

     

    Un nouveau groupe se présente, en provenance de République Dominicaine.

     

    Les couleurs font aussi pensées à la France non ?

     

    Beaucoup de légèreté dans les envolées des robes.

     

    Voila de bons soldats, je n’avais pas les mêmes durant mon passage en caserne, j’y aurais fait carrière assurément.

     

    Là, je me mettrais au vert avec plaisir.

     

    Un bel oiseau à ne pas mettre en cage bien sur.

     

    Sans commentaire, mais prenez plaisir, ces sourires sont pour vous.

     

    Tu peux m’ouvrir cent fois les bras… ce sera toujours la première fois.

     

    Ici où la chasse sous marine est interdite, je vais m’équiper pour la chasse aux papillons car il y a des biens beaux spécimens.

     

    Attention à ne prendre que ceux qui sont matures sinon, prison. aww

     

    Les juvéniles sont pourtant bien souvent les plus jolis.

     

    J’ai bien raison non ?

     

    Pour confirmer mes dires, le salut en guise d’au revoir.

     

    Une autre variété de « farfales » (Papillon en Italien).

     

    Puis une encore des « Mariposas » (Papillon en Espagnol).

     

    Le Rose va à merveille à ce «Schmetterling » (Papillon en Allemand)

     

    Qui dit que les miss ne peuvent être que de taille mannequin.

     

    Frou frou, frou frou, j’aime aussi cette vielle chanson qui illustrerait bien ces beautés de notre France des Antilles.

     

    N’est ce pas quelles sont belles, nos filles « Martinoises ».

     

    Vous ne pouvez pas le nier, ni me contre dire, bien sûr.

     

    De peur de perdre la tête celui-ci s’en est fait greffer deux de plus.

     

    Je cours après le bonheur, dit-elle, vous aller voir mes copains.

     

    Voilà mon groupe, maintenant.

     

    Ce bataillon, remarquable par des chapeaux élaborés et de toutes beautés.

     

    Réalisés avec des matériaux basiques, mais quel effet !

     

    Un orchestre accompagnait ces « Catherinettes chapeautées ».

     

    Un orchestre de «Calypso» juché sur un bus à impériale.

     

    C’est la fête, la fête ! Etc. chanson de Michel Fugain.

     

    A bientôt les amis car dans quelques jours c’est sur l’eau que sera le spectacle. Mais je ne vous en dis pas plus pour le moment, le suspense reste entier. 

     


    1 commentaire
  •  

     

    Un Matin à Saint Martin.

     

    Un matin, celui de ce vendredi 28 février, avant que de n’aller récupérer chez « Antilles Bobinage Service » Le moteur du Guideau que j’avais déposé pour lui faire subir un bain de jouvence, après le bain d’eau de Mer, ce qui n’est pas bien recommandé pour les moteurs. 

    Nous avons mis au programme la visite du Fort Saint Louis qui a vu sa construction en fin des années 1700 pour assurer la sécurité des colons Français. Vous êtes prêts ? Oui, alors en avant.

    Un Matin à Saint Martin.

    Le mousse est équipé pour l’ascension.

     

    Un Matin à Saint Martin.

    Le capitaine va vous guider dans la visite.

     

    Un Matin à Saint Martin.

    Nous voila à la porte du fort Saint Louis, nous sommes au dessus du mouillage, où Exocet nous attend bien sagement.

     

    Un Matin à Saint Martin.

    Un panneau nous donne des explications en deux langues, le Français et l’Anglais.

     

    Un Matin à Saint Martin.

    Un bien vieux canon, ici illustre bien la zone du mouillage qu’il tenait sous son feu.

     

    Un Matin à Saint Martin.

    Une table d’orientation qui a un peu subi l’agression des ans, donne les points de repères. Mais les navires qui viennent maintenant ne sont plus une menace pour l’économie de l’île, bien au contraire.

     

    Un Matin à Saint Martin.

    Le temps était bien agréable, nous avions des pensées pour nos métropolitains qui étaient soumis aux frimas de l’hiver.

     

    Un Matin à Saint Martin.

    Le côté Nord de la baie avait lui aussi une batterie de canons pour en assurer la défense.

     

    Un Matin à Saint Martin.

    Voilà la vue sur la cité de Marigot. Avec le dock des annexes.

     

    Un Matin à Saint Martin.

    Cette visite sur ces terres lointaines de la France vous a plu je le souhaite,

    alors à bientôt pour d’autres aventures d’Exocet.

     


    2 commentaires
  •  

    Un coucou de Saint Martin

     

    Nous sommes ici dans la grande baie de Marigot à Saint Martin depuis maintenant bien des jours, alors nous vous faisons ce petit coucou pour que vous ne vous fassiez pas un sang d'encre comme l'on dit dans mon pays de naissance.

    Les journées passent bien vite, nous ne les voyons pas passer à peine le soleil qui sort de la nuit, qu’il traverse le ciel pour aller plonger dans la Mer bien loin dans l’Ouest.

    Nous avons dimanche assisté aux prémices du carnaval, c’était le défilé des enfants dans les rues de la ville de Marigot (capitale de la partie Française de cette île).

    Bien sur qu’il fallait être indulgent dans le jugement de cette prestation, mais à voir les costumes, le maquillage des enfants, et de l’encadrement (enseignants et parents d’élève)  la chorégraphie, et les musiques qui accompagnaient le défilé, on ne peut être que touchés.

    Je vous laisse juger par vous-même, au travers de ces quelques photos.

    Un coucou de Saint Martin

    La reine du défilé, n’est elle pas belle ?

     

    Un coucou de Saint Martin

    Regardez comme je suis attentive et concentrée sur la chorégraphie.

     

    Un coucou de Saint Martin

    Aux âmes bien nées la valeur n’attend pas le nombre des années.

     

    Un coucou de Saint Martin

    La petite fille de nos amis Jean Claude et Françoise de Bikini.

     

    Un coucou de Saint Martin

    Lui je ne le connais pas, mais une belle frimousse pour sur.

     

    Un coucou de Saint Martin

    Remarquez le travail des costumes.

     

    Un coucou de Saint Martin

    Un costume encore bien élaboré pour la leader d’un groupe.

    Un coucou de Saint Martin

    Les musiciens étaient eux aussi sollicités.

     

    Un coucou de Saint Martin

    Il était bien sur nécessaire d’avoir des metteurs en scène.

     

    Un coucou de Saint Martin

    Remarquez les coiffures soignées.

     

    Un coucou de Saint Martin

    Les enfants soldats sans arme c’est quand même mieux !!!!

     

    Un coucou de Saint Martin

    Combien d’heures de travail pour les costumes ?

     

    Un coucou de Saint Martin

    Les résidents étaient bien dans le ton.

     

    Un coucou de Saint Martin

    Elle est au sommet de la gloire pour ce jour.

     

    Un coucou de Saint Martin

    Voila la fin de ce petit aperçu, je souhaite qu’il vous a fait passer un agréable moment, à l’image de celui que nous avons passés, à bientôt pour le carnaval des Grands !!! Il paraitrait que cela est bien festif aussi.

     


    1 commentaire
  • Fameux séjour à Falmouth Harbor

     

    Voilà un titre évocateur de ce que nous avons vécus à Antigua, dans les deux baies qui ont été la base de l’escadre Anglaise des îles sous le vent du temps de l’Amiral Rodney puis de l’Amiral Horatio Nelson.

    Mais avant un résumé de notre arrivée en ces lieux.

    Nous y sommes arrivés de nuit après une belle navigation le samedi premier février. Le Mousse râlait que la nuit soit arrivée plus vite que nous, mais je connaissais les lieux pour y avoir fait escale l’an dernier au moment de : « Antigua classic Yacht regatta » mais le Mousse a toujours un sujet d’inquiétude sur le feu et deux ou trois en réserve, au cas où j’ai réponse à cette première. Bon, la baie est grande, le chenal y est bien balisé les bouées éclairées de rouge ou de vert donnent des indications claires et précises. Je repère un endroit proche de là où Exocet avait passé des jours l’an passé, l’ancre et en bascule dans son davier, je positionne le bateau, appuie sur le commutateur « dowm » (descente), mais rien ne se passe ? Je vais vérifier l’alimentation du guindeau qui a disjoncté, réarme, retourne sur le commutateur, mais toujours rien ?? Je pars à l’avant sur la commande qui est dans la baille, « down » rien « up » (montée) rien non plu ??? Mais si tout de même le guindeau ne fonctionne pas mais j’entends le relais qui donne son « clac » caractéristique. Le problème vient donc du guindeau lui-même. Pas de panique pour le capitaine qui a la solution mais le Mousse est en transes !!! Je repositionne Exocet qui partait en dérive sous le vent, vais à l’avant et descend l’ancre à la main, les trente kilos de l’ancre plus les dix mètres de chaine avant que le fond ne soit atteint ça fait lourd pour mon dos, mais quand il faut il faut. « Opération terminée Merci au pont, merci aux machines, quartier libre pour l’équipage », dit le capitaine. Merci Exocet tu as rempli ton contrat.

    Depuis que j’ai installé une commande du guindeau au pupitre de barre, je mouille de ce poste, lorsque je suis seul bien sûr, c’est bien préférable que de devoir courir à l’avant pour faire comme je faisais avant où je desserrais le frein et la chaine partait à la conquête des fonds. Le frein était donc bien serré maintenant que je manœuvre qu’avec les boutons « Up et Down ». J’aurais, pour mon dos du faire comme cela mais avec la nuit et le stress de l’équipage j’ai voulu faire court !!!

    Voila pour l’incident guindeau, dont vous avez lu brièvement le problème il y a quelques jours sur le blog.

    Mais n’en restons pas là, tout est rentré dans l’ordre depuis. Je veux vous faire vivre ce fameux mouillage.

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    Voila au matin qui vient nous rendre visite : Le « wind song », avec sa flopée de croisiéristes. Il passera la journée la nuit et repartira le lundi en fin de matinée.

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    Avec le Mousse, le lundi donc nous allons faire la clearence dans les quartiers de la base d’ « English harbour ». Puis une petite balade.

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    Voila le genre de bateaux, (Fabuleux) qui sont ici il y en a plein, plein.

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    Plein, je vous le dis, et cela ne sont pas bien grands, vous allez voir.

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    Hein qu’il est beau,

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    Pas mal celui là aussi, mais un peu moins course et plus croisière.

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    T’as vu la perche ! 5 étages de barre de flèches, y a de la surface de toile.

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    Celui-ci, paraît petit mais tout de même plus de 20 mètres assurément.

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    Voila dans la catégorie classique un fier représentant.

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    Pour ceux qui n’aiment pas tirer sur des « ficelles » il y a ça.

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    Il m’a fallu une bière pour me remettre de tant de classe de beauté et de « Pognon ». Et vous n’avez pas tout vu.

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    Il y a celui-ci, simple et fonctionnel.

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    Fonctionnel, avec son ascenseur pour monter au mât, je retiens l’idée pour Exocet, mais pas pour demain,  j’ai plus urgent et moins couteux dans les priorités.

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    Nous avons au catalogue d’autres modèles pour satisfaire nos fidèles lecteurs.

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    Un modèle à la fois rapide et confortable d’une belle présentation.

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    Ici, madame, monsieur, une touche de classique sans mauvais goût.

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    Pour vous Monsieur qui aimez la technologie cette unité, tout en carbone vous ravira, et vous comblera de satisfactions.

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    Lady the Gentlemen, cette unité aux lignes pures recèle un confort de bon aloi, la grâce du plan de pont vous donnera entière satisfaction.

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    Un peu plus volumineux pour y recevoir des amis nous vous proposons ce bien, il en coûte quelques dollars de plus mais les vaut bien naturellement.

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    Madame aimera le bain de soleil en arrière des manœuvres, et le salon de pont bien cossu et protégé par ce généreux taud. Monsieur je vous laisse entrevoir la bôme (Parc avenue*) au design parfait.

    (* Ce dit d’une bôme qui permet d’y ranger la voile en montant dessus la bôme)

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    Ce « Motor yacht » sera pour votre société un support de premier rang pour y traiter vos affaires, que ce soit à quelques endroits du monde, grâce à son autonomie. Mais aussi à sa capacité en suites, cabines invités. Sa cave, sa cuisine, son salon, son bar et les salles à manger intérieures et extérieures.

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    Le Mousse et moi vous avons présenté ce que nous avons à disposition, votre choix se déterminerait sur lesquelles de ces unités en priorités? ……………. Fort bien, nous vous préparons le contrat pour demain à la première heure.

    Fameux séjour à Falmouth Harbor

    Faites de beaux rêves avec Exocet, cette belle nuit, avec son croissant de lune sur le « wind song » vous y aidera, nous en sommes sûr et certains.

     

     


    1 commentaire
  •  

    Une semaine a Saint François

    en Pays de connaissances.

     

    Oui saint François est surement la base Antillaise des Graulens*.

    (*Habitants du grau du roi)

     

    Samedi : Nous étions attablés en famille sur la terrasse d’un des restaurants qui ce trouvent sur les quais de la marina, à déguster des plats traditionnels, quand le Mousse me dit : « il y a un Monsieur que j’ai vue à port Camargue ! » elle a une mémoire des visages impressionnantes, moi qui ne reconnaitrais pas mon frère si je le croisais dans une rue à l’improviste. Je dévisage donc ce personnage et en effet je l’ai souvent croisé sur les quais vers la Capitainerie à Port Camargue. Il est en compagnie de deux femmes et en l’une d’elle je reconnais Marie thé, la femme de Claude notre voisin de ponton de la pane G, du temps où Exocet était tenu en bride entre les poteaux et le Catway.

    Rien d’étonnant en l’occurrence, nous savions que Claude venait depuis quelques années passer ici les mois les plus rigoureux en Métropole. Son amis André (dit dédé, comme il se doit bien souvent) est là avec son épouse Colette pour quelques semaines Antillaises. Nous nous faisons connaitre et bien vite Claude qui était tout prêt sur son bateau vient nous rejoindre. Le rendez vous est pris pour se retrouver pour l’apéro à 18 h. Mais pas dans des bistros lahnda du port, Non nous nous retrouverons au « Gains’bar » qui n’est autre que le bar à tapas de Christophe et Marie, Transfuge du Chris Mary de Port Camargue.

    Une semaine à St François

    Vous comprenez le nom ? et marie qui est peu visible dans l’obscurité.

     

     Nous serons donc à ce rendez-vous pour une soirée de rencontre, retrouvailles, discutions et consommations, un peu plus que de raisonnable..

    Passons, le bateau est à quai non loin de là nous n’avons pas de risque de devoir souffler dans des ballons et il vaut mieux. 

    Une semaine à St François

    Christophe devant le comptoir, il est aussi bien dés fois derrière.

     

    Dimanche : Au matin nous avons les cheveux qui grattent, même si les miens se font rares. Mais nous avons passé une bonne soirée.

    Une semaine à St François

    Voila la brochette de graulens : Yves, Claude, Colette, Régine, Marie Thé, André.

     

    Les enfants Sébastien & Christelle sont sur le départ pour quelques jours en hôtel avant de reprendre l’avion pour la mère patrie, il y a effervescence à bord d’Exocet. La matinée passe comme un trait et nous voilà revenu à bord après qu’un taxi est emporté l’équipage à leur résidence non loin de Saint François, à Sainte Anne distante d’une 15éne de Km par route. Le bateau va nous paraitre bien vide, mais c’est ainsi. Nous reprenons possession de notre Home sweet Home.

    Un repas de crudités, dans le cockpit par un temps magnifique, un moment de calme puis au boulot rangement du bateau les derniers plein d’eau, occuperont l’après midi et nous irons revoir les amis au  « Gains’bar » bière pour moi Perrier pour le Mousse, encore une soirée en amitié, cela comble le manque des enfants partis, ils nous ont apportés tant par  leur présence.

    Le Lundi : je règle la note à la capitainerie prépare Exocet à quitter le port pour le mouillage à l’extérieur dans le lagon. Encore une fois où l’accueil à la capitainerie est courtois, gai, sympathique et professionnel. J’ai bien aimé alors je le dis. Voilà que je positive je ne me reconnais qu’à moitié.

    La manœuvre nickel pour quitter la place le mousse est bien stressée mais j’ai l’habitude, Dans le lagon une bouée de corps mort nous tend les bras, cela rassure le moussaillon, là, notre manœuvre laisse un peu à désirer, nous nous y reprenons en plusieurs fois il y a du vent, 20 Nds, un joli clapot, mais c’est la gaffe spéciale qui ne fonctionne pas au mieux qui complique la prise de l’anneau. Il n’y a pas de manœuvre ratée quant on arrive à ses fins.

    Le mardi : nous allons à terre pour faire un tour de la petite ville, passage à l’office du tourisme, le marché aux légumes et autres articles pour touristes, Tous les mêmes. Puis le bord de Mer le marché aux poissons et les étals spartiates où les pêcheurs vendent leurs prises du jour.

    Une semaine à St François

    Un étal de pêcheur, l’Europe est plus loin dans la halle vide mais aux normes.

     

    Nous terminons notre balade dans un bistro en face du lagon et d’Exocet qui nous y attend. Là nous avons le wifi pour prendre et envoyer les mails. Nous y passons un long moment agréable, c’est rustique mais sympathique.

    Une semaine à St François

    Le mousse avec la Wifi dans ce cadre rustique.

     

    Nous retournerons à bord pour le repas de crudités puis sieste, lecture, farniente occuperont l’après midi.

    Mercredi :  nous avions dans l’idée d’aller avec les bus faire l’aller retour à Pointe à Pitre, mais le vent qui souffle 20 à 25 Nds ne nous inspire pas et nous préférons rester à bord pour la matinée et rejoindre les enfants avec qui nous partagerons un dernier repas.  

    Jeudi : visite chez le toubib, le mousse est pas en forme et une visite s’impose ça nous prend la matinée et l’après midi passe toujours bien vite ici il n’y a donc rien de spécial à raconter.

    Une semaine à St François

    Le Mousse devant les bars de la marina.

     

    Vendredi :  il faut aller à terre pour la prise de sang, pour analyse, pour le mousse qui traine toujours, mais quoi qu’il a ?...

    De retour nous bavardons un moment avec nos amis qui déjeunent en terrasse d’un bistro du port, nous avons l’intention de partir le lendemain pour Antigua, alors nous leur faisons nos au revoir, l’après midi je vais faire les formalités, récupérer les résultats d’analyse, prépare le bateau. Christophe que je rencontre me parle de plusieurs personnes qui sont aussi au mouillage du lagon avec leur bateaux mais je ne les connais pas, quant je disais que :

    Oui saint François est surement la base Antillaise des Graulens. Je ne vous racontais pas des « mésorgues* ».

    (*Petit mensonge en patois de mon pays)

     


    votre commentaire
  • Un dimanche laborieux à Antigua.

     

    Voila que dimanche est passé, il a été bien laborieux: le matin fabrication du pain et d’une Pizza. Ensuite je m’attaque à la dépose du Guindeau, puis a son ouverture, le moteur est plein de sel, il y a quelques jours, il baigné dans l’eau, la baille à mouillage était pleine d’eau de Mer, après une navigation au prés dans une Mer formée. La faute à un bout de plastique qui obturait le trou de vidange de cette baille.

     

    Un dimanche laborieux à Antigua

     

    Le guindeau est normalement étanche, mais pas à une immersion le pauvre. Comme il avait normalement fonctionné après que nous ayons vidangé l’eau, je croyais qu’il n’avait pas bu la tasse, mais si.

    La matinée c’est terminée avec le nettoyage du moteur, mais j’aurais aimé pouvoir l’ouvrir pour être plus performant, Opération à cœur ouvert, que nenni, impossible des vis refusent obstinément de se laisser défaire, malgré le tournevis à frapper, bien utile à bord. J’ai fait de mon mieux, le plus difficile étant que les chardons étaient bloqués et que j’ai bien bataillé pour les extraire. Un nettoyage des cages et des charbons, du WD 40 de partout et le moteur ronronne enfin en fin d’après midi. Son remplacement est remis à une date siné dié.

    Je suis crevé, mais content d’avoir sauvé la mécanique. Sa remise en place est remise à demain, il fait nuit, je vais me détendre enfin un peu. Être à la retraite et travaillé tout un dimanche ce n’est pas sympa.

    Lundi matin remise en place, branchement, étanchéité, essais, tout est Ok. 

     

    Un dimanche laborieux à Antigua

     

    Avec le mousse nous allons à terre pour faire les papiers, Douane, Émigration,  « Cruising permit » et payement de toutes ces petites taxes.

    Pour le bateau :                  8.00 $ US

    Pour le Cruising permit :        12.00 $ US

    Pour entrée 2 Personnes : 14.00 $ US

    Autre :   9.00 $ US

    Autre :   3.00 $ US

    Je lui ai demandé de compter deux cafés histoire de lui accrocher un sourire bien charmant de par ailleurs.

     

     

     

    Un dimanche laborieux à Antigua

    Nous retournons à bord d’Exocet à 12 h 30 une bière est la bien venue puis le repas.

    Au menu des tomates en salade avec cives, piments végétariens, persil, et une pointe d’ail, c’est bon, rafraichissant, copieux.

    Voila la vie d’un capitaine aux Antilles sur un bateau, il y a bien du travail. Mais voila j’aime et quant on aime…….

    A plus pour d’autres aventures.

     


    6 commentaires
  • La fin d’une Croisière familiale.

     

    Toutes les bonnes choses ont une fin, il en est ainsi pour ces deux semaines de navigation autour de la Guadeloupe avec Exocet. Mais pas d’amertume il faut savoir profiter de ce que nous donne la vie, (Carpe diem).

    Notre périple c’est terminé à Saint François, une pensée aux Françoise et François de mon entourage, pour y parvenir depuis Port Louis, nous n’avons pas hésité à affronter la Mer de la côte au vent de Guadeloupe, 6 heures de navigation bien musclée, avec ce qu’il faut de vent et de Mer, pour terminer en beauté cette circumnavigation Guadeloupéenne.

     

    Le Capitaine

    Le capitaine au petit jour dans le premier bord qui nous conduisait à la pointe de la grande vigie (pointe Nord Est) sur l’eau calme à observer avec attention les petites bouées des pêcheurs qui leurs permettent de remonter les nombreux cassiers qui jalonnent notre route.

    La houle n’a pas tardé à se faire ressentir, puis se sont les vagues qui se sont attaquées à l’étrave d’Exocet. Mon équipage était préparé à cette journée de navigation, je lui en avais donné un avant gout, en passant la pointe Nord de basse terre, pour nous rendre à Port Louis, la veille. Le mousse bien qu’un peu crispé était bien serein, Christelle, elle reste gaie et souriante même lorsque une vague malicieuse lâche sur elle une volée d’embrun. Sébastien était à son bonheur, profitant de cette navigation pour retrouver dans ces souvenirs, les nombreuses fois où nous avons navigués dans des conditions comme cela, en régate ou en convoyage. Moi, je me contentais de tout cela en ayant pris la barre, pour placer au mieux Exocet sur la route des cols, qui parsèment l’Océan entre les vagues, ce que le brave pilote automatique ne sais pas faire, il lui manque les yeux pour cela.

     

    cote Ocean Atlantique

    La pointe des châteaux était la dernière marque de parcours à franchir, elle se profile à l’horizon sur notre tribord, alors que l’île de la Désirade à notre vent nous protège un peu de la Mer, relativement cependant.

     

    La Desirade

    La voila la Désirade telle une coque de bateau retournée. A notre vent.

     

    pointe du chateau

    Ici la pointe des châteaux qui nous libère de la contrainte d’être au pré car maintenant la route va être vent arrière. Plus confortable avec les vagues qui nous courent après.

     

    pointe du chateau

    C’est bien beau même si des châteaux il n’y en a point.

     

    pointe du chateau

    Une croix marque les lieux, elle mesure 10 mètres de haut pour un poids de 9 tonnes, elle fut érigée en célébration du centenaire du diocèse (1946).

     

    Une fois avalé sur deux bords de grand largue les 12 milles qu’ils étaient nécessaire de parcourir pour rejoindre le lagon devant Saint François, nous prenons la passe qui est de loin impressionnante, car les vagues y déferlent de droite et de gauche, mais les bouées de chenal Rouges et vertes, en place et en état donnent bien l’indication de la route à suivre. La situation devient en une minute tout à fait agréable, la Mer étant cassée par une barrière de corail judicieusement placée la par dame nature. Il y a là 25 à 30 bouées de mouillage avec leur corps mort, mais pas une de libre, a que cela ne tienne, la pioche est prête à l’avant sur son davier en bascule pour plonger à la 1er sollicitation sur le commutateur. Nous trouvons rapidement l’endroit où plonger l’ancre, Exocet retrouve le repos, après une bonne matinée de navigation.

     

    Après un apéro et un repas à l’heure Espagnole une après midi de détente, bain et farniente, puis en début de soirée une partie de carte amusante et décontractée.

     

    De bonne heure le lendemain Exocet manœuvre pour rentrer au port une place est disponible. Nous étions allés Sébastien et moi à la capitainerie pour en faire la demande un accueil très sympathique nous y était réservé. Le personnel de permanence en ce samedi matin, est venu prendre les amarres très gentiment.  C’est à signaler car la Guadeloupe n’a pas bonne réputation en ce qui concerne l’accueil chez les plaisanciers. Voila Exocet a rempli sa mission, du port de marina bas du fort à celle de Saint François, un tour complet de l’île avec des incursions sur Marie Galante et les Saintes.

    Que des bons souvenirs pour moi et je le crois également pour tout l’équipage.

     


    1 commentaire
  •  

    Une semaine à Gosier.

     

    Oui cela fait une semaine qu’Exocet est au mouillage devant le bourg de Gosier. Ce que je ne savais pas avant de venir ici, c’était l’origine du nom de cette commune voisine de Pointe a Pitre. Les documents retirés à l’office du tourisme m’ont apporté la réponse. La ville de Gosier doit son nom aux gros pélicans appelés "Grand gouzier" qui dans le temps était nombreux à nicher sur l’îlet. De nos jours, il y a encore d’ici de là quelques un de ces oiseaux qui se regroupent le soir à l’abri de l’îlet sur les hauts fonds.

     

     

    Ce site avancé eut d’abord pour vocation de protéger les bateaux marchands au mouillage dans le port naissant de Pointe a pitre, mais aussi d’empêcher l’accès du Petit cul de sac marin à d’éventuels agresseurs. 

    L’îlet Gosier pris de la terrasse derrière la Mairie.

     

    C’est sur un promontoire, appelé aujourd’hui "Bas du Fort" que les hommes armés s’installèrent. Des propriétaires terriens s’établirent ensuite sur de grandes plaines à l’Est du Fort, pour y cultiver le café, le coton, le cacao et le manioc.

    C’est en 1763 que fut engagé la construction du Fort Fleur d’épée, un ouvrage sous l’influence de Vauban. Il passera à la main des Anglais en 1794. Puis sera récupéré par la France après la première abolition de l’esclavage votée par la Convention, promulguée dés son arrivé par Victor Hugues.

    fort fleur d'epee

    Autre vue sur l’îlet Gosier, Et le Mouillage.

     

    Voila pour un bref historique sur la ville de Gosier. Actuellement sa première source de revenu et le tourisme avec de nombreux Hôtels et résidences, boutiques de souvenirs, restaurants de tous niveaux, mais aussi les activités pour les touristes excursions sur terre et sur Mer, location de Kayaks de scooter marin ( jet ski ), passeurs qui font la liaison avec l’îlot. Un club de nageurs est très actif, tous les matins de très bonne heure (6 heures) des nageurs arpentent les alentours de l’îlet en partant de la plage certains parcourent ainsi surement le kilomètre. C’est surprenant, je n’ai pas vu cela ailleurs sur les îles des Antilles.

    Il est vrai que le site s’y prête.

    La navette au départ pour l’îlet Gosier

    La navette au départ pour l’îlet Gosier. 

    J’ai découvert peu à peu le bourg, en allant faire des balades à pied d’un côté et de l’autre repérer les supermarchés, la laverie en self service, le magasin de bricolage, la mairie, l’office du tourisme etc.

    La face postérieure de la Mairie

    La face postérieure de la Mairie.

     

    Le mouillage est relativement calme quoi que bien exposé au vent d’Est mais une barrière de corail fait presque la liaison entre l’îlot et la terre et sous son vent la Mer est presque sans clapot, le fond est de sable et de pâturage à tortue ( algues courtes) les ancres tiennent bien malgré les 20 à 25 Nds de vent que nous avons ici depuis mon arrivée, sous les grains ça monte 30 facile et des fois plus, les nuits sont plus calmes le vent moyen tourne aux alentours de 15 Nds voir moins mais avec des passages de grains assez souvent.

    La barrière de corail qui protège le mouillage

    La barrière de corail qui protège le mouillage.

     

    La météo est en effet depuis des semaines sous le signe d’un alizé assez soutenu et humide avec des passages de grains qui peuvent être violents.

    Les nageurs qui parcourent le mouillage.

    Les nageurs qui parcourent le mouillage.

     

    Le travail sur le bateau est centré sur la venue de l’équipage à bord pour le 10 janvier, Exocet va retrouver, Régine (son mousse), Sébastien (le Webmaster), Christelle (notre belle fille associée à la vie du blog).

    Cela m’a donné du travail de préparation et d’avitaillement

    mais je me réjouis de leur venue.

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique