• Exocet commence sa descente sur le Martinique.
     

    News du 16/05/2013

     
    Je suis aux Saintes depuis hier.
    Demain départ pour la Dominique
    Tout va bien !

    votre commentaire
  • Retour en Guadeloupe mouvementé et venté.

     

    La météo pour ce samedi nous prévoyait un alizé d’Est Sud Est de 15 à 20 nds, avec des passages orageux avec rafales à 30 Nds. Ce n’était donc pas un temps idéal pour rejoindre la Guadeloupe en partant d’Antigua. J’allais donc devoir naviguer au prés, la Mer de travers car la houle était annoncée d’Est Nord Est, avec des creux 1.80m.

    Je partais donc avec des conditions pas favorables mais navigables.

     

    6 heures 15 l’ancre est relevée, le jour fait son apparition, le ciel est bien gris il n’y a pas eu de vent de la nuit, le plan d’eau sous le vent d’Antigua est bien calme, le moteur tourne pour nous dégager de la côte, les voiles établies à 100%, sachant que j’aurais à réduire une fois en eau libre.

    Retour en Guadeloupe mouvementé

    7 heures je peux stopper le moteur j’ai les 15 à 18 Nds de vent prévus.

     

    7 heures 15 le vent sans être bien plus fort m’incite à réduire la grand voile au 1er ris et de prendre quelques tours au génois. Exocet file sur l’eau à bon train, je suis bien content de tous les réglages, je file 7 Nds sur la route directe.

     

    9 heures 45 j’ai bien avancé toujours sur la route, la Mer est cependant bien formée maintenant, je l’ai bien de face cela me ralentit un peu, le vent que je ressens, l’apparent donc frise les trentes Nds. J’ai encore réduit la voilure Grand voile et Génois. Deux ris partout.

     

    11 heures il ne me reste que 20 milles pour Deshaies j’ai fait un peu plus de la moitié du parcours je file toujours 6.5 Nds toujours sur la route,

    elle est bien belle la vie.

    Retour en Guadeloupe mouvementé

    12 heures 15 je note que je suis à deux heures de Deshaies mais je ne fais plus exactement la route j’ai dû abattre d’une vingtaine de degrés. Mais la vitesse reste bonne comme cela, pas moyen de faire mieux.

     

    12 heures 30 il me reste 10 milles, j’ai le réseau GSM, je fais un texto à mon mousse qui attend des nouvelles.

     

    12 heures 40 la mer devient moins forte, déjà l’abri de la Guadeloupe qui se ferait sentir, mais pour le cap, ce n’est pas mieux, ce serait même moins bon, il me faut abattre encore. Puis alors que je me pensais sortie des difficultés, le vent prend des tours, le bateaux a bien souvent le liston dans l’eau, les vagues se font méchantes, claquent à l’étrave, aspergent le pont, le cockpit se remplit plusieurs fois, je suis trempé jusqu’au os, j’ai fermé les panneaux de la descente, le vent grimpe encore, je dois abattre encore.

    C’est plus le même plaisir, et les ennuis commencent.

     

    L’eau qui passe sur la passe avant sous le vent s’engouffre dans le cagnard les coutures exploses, je le dépose en urgence pour ne pas le perdre en plein à la prochaine vague, pour se faire je suis exposé à la Mer et je termine l’opération trempé pour la deuxième fois, je descend me rechanger et constate que j’ai de l’eau dans les fonds, la pompe fonctionne pourtant. Que ce passe t’il ? Je cherche et trouve l’origine du problème, la crépine est colmaté par des saletés, je nettoie,  et cela re-fonctionne bien.

     

    Je remonte sur le pont pour voir où en est la situation, ca n’est pas mieux le vent a grimpé, l’anémomètre indique 45 puis 47 et maintenant 48 Nds. Le vent siffle comme je ne l’ai pas encore entendu faire tant de vacarme depuis que je suis aux Antilles.

    Retour en Guadeloupe mouvementé

    La bâche du taud de soleil qui est fixe sur Exocet commence à se découdre de ci de la je ne peu envisager de la déposer dans ces conditions de vent et surtout de Mer. J’assure ici et là avec des bouts.

     

    Je suis à la ramasse comme l’on dit, je suis à 7 Milles de Deshaies qui est maintenant par mon travers, je suis à 7 milles de la côte sous le vent mais le vent est en furie. La mer est blanche, les embruns des crêtes de vagues courent sur la Mer, les creux sont bien creux, et de plus les vagues sont proches les unes des autres le bateau soulage sur une et l’étrave disparait sous l’eau à la suivante qui grimpent sur le pont jusqu’au mât, une vient jusqu'à la capote de descente qui a bien faillie être arrachée à son tour.

     

    Retour en Guadeloupe mouvementé

     

     

    Exocet est à la ramasse ce n’est pas un grain qui est là c’est un vent qui vient de je ne sais où, ni si ce n’est que passager, ou pour un temps plus long. Je décide d’aller en terre pour au moins, avoir moins de Mer, mais il va falloir y arriver. Je vire de bord, si je fais cette route je retourne sur Antigua. Alors je mets en route le perkins pour gagner en cap, mais ce n’est pas satisfaisant le bateau tape dans le Mer je n’avance qu’à 2 Nds et la gîte est importante, ce n’est pas bon pour le moteur il faut faire autrement. Alors je roule le peu de génois qui me restait, je borde le pti bout de grand voile dans l’axe du bateau, je mets le moteur à 3000 tours minute, ça ne lui était pas arrivé depuis bien longtemps. Je file 3 Nds vers la côte les vagues continuent à exploser à l’étrave, mais j’avance alors j’ai la solution il faut persévérer comme cela. L’anémomètre annonce bien souvent 50 Nds et plus. Moi qui me voyais arriver aux alentours de 14 heures à Deshaies, je serais finalement mouillé à l’ilet pigeons et la pointe Malandure à 17 heures le vent est toujours en furie je mouille bien à l’écart de tous les bateaux et je lâche 40 mètres de chaine sur 4 mètres de fond de sable de bonne tenu de réputation, ça va le faire je suis arrivé, mais comme dans une réplique du Film « la guerre des boutons » : « si j’avais su je serais pas venu. »

     

    Le bateau a bien souffert de cette navigation un peu extrême mais je lui ai fait un bisou en arrivant pour le consoler et le remercier de m’avoir mené à bon port. Le mousse n’était pas là, alors je suis resté cool je n’avais qu’à me soucier de moi et du bateau.

     

    Maintenant je remets le bateau en état mais je crois pouvoir faire tout par moi-même, il mérite toute mon attention, tout mon respect, tout mon amour pour ce qu’il me fait vivre.

     


    2 commentaires
  • Exocet a rejoint la Guadeloupe sous 50 noeuds de vent.

    Il est actuellement au mouillage à L'ilet Pigeon où il effectue quelques réparations dues au coup de vent. oh

     

     

    News du 12/05/2014

     


    1 commentaire
  •  

    Errare humanum est.

    "L’erreur est humaine"

     

    J’ai donc passé quelques jours, dans le Sud d’Antigua.

    Exocet était au mouillage de Falmouth harbour, c’est un très confortable mouillage, et c’est de là que l’organisation des régates avait lieu. Mais, car il y a un mais, je me suis lamentablement planté dans les dates.

    Je voulais voir ici les régates des bateaux de tradition, la classic week, et je suis arrivé le jour de clôture alors que j’attendais en Guadeloupe pour ne pas arriver trop tôt ! arf

    Voila qui explique ce titre en latin, car mon latin pour le coup je l’avais perdu en ayant pris les dates de la Sailing week en lieu et place de la Classic Yacht Régatta.

    Ne pouvant faire machine arrière j’ai donc assisté aux courses de voiliers (ordinaires) mis a part quelques exemplaires qui sortaient du lot, les bateaux étaient ceux de Monsieur tout le monde, beaucoup de bateaux de location pris en mains par des équipages de toutes nationalités.

    Un jour les équipages s’affrontaient en match racing sur de petits bateaux identiques avec trois équipiers à bord, cela se courait dans la baie de Falmouth devant la plage ou était mouillé Exocet, la veille il m’a été demandé de bien vouloir aller mouiller un peu plus à l’écart, ce que j’ai fait bien sur. Le spectacle était intéressant mais bien répétitif cela finissait par être layant.

    Les spectateurs étaient dans l’eau une bouteille de bière à la main, il s’en est bu des quantités invraisemblables.

    Je suis allé pour les derniers jours de mon séjour dans le Sud, dans le mouillage de English harbour, car il y avait de ce côté des balades sympa à faire et j’en avais bien envie. Le cadre est bien joli aussi, je vous laisse juge.

    J’avais là un bien joli voisin avec un magnifique gréement de Goélette, j’adore.

    J’ai fait la grimpette pour atteindre un point de vue superbe sur les deux baies et le large.

    Le site est bien grand je me promets de revenir pour le voir plus en détail, dés le lendemain matin pour un bon Treck de trois heures en faisant le tour par les falaises et le bord de Mer.

    Ce bâtiment parfaitement restauré est maintenant un Bar restaurant.

    Les tables sont installées en extérieur sous un abri

    C’est sympa, vous ne trouvez pas ? 

    A  bientôt les amis pour un autre récit.

     


    votre commentaire
  • Bon alors? On bouge ou quoi?
     
     
    On ne va pas rester là des jours et des jours quand même.
     
    T'as raison on y va, mais alors où?
     
    Je ne sais pas trop, allons vers St John's la capitale de l'île,
    voir à quoi cela ressemble.
    Alors on va le faire?
    Oui c'est dit on y va.
     

    News du 05/05/2014

     
    Le bateau sera vite prêt, dans une heure on part.
    Voilà la discussion entre le capitaine et le rédacteur de ces lignes,
    en ce lundi 5 mai à 7 heures.
     
    Alors à bientôt d'un autre site d'Antigua. 
     

    votre commentaire
  •  

    Balade en Architecture Caraïbe !

     

    Aujourd’hui, 28 avril j’ai fait une balade le long de la route qui part en direction d’un Fort que je n’ai pas trouvé, "Fort Charles".

     

    J’ai quitté Exocet de bonne heure ce matin dans le but d’aller profiter de la Wifi au Bar de la Marina, mais arrivée à pied d’œuvre, la connexion est aléatoire, ça connecte, coupe, rétablit, disparait, revient, ne fonctionne plus, marche maintenant, arrêt momentané, établissement provisoire…. Vous comprenez que mes nerfs ont commencé à s’échauffer sérieux.shocked

    En clair j’ai refermé l’ordi et fini une tasse de cappuccino pas bien bon, à mon goût du moins.

     

    Retour à bord, il est 10 heures il me faut bouger pour passer les tensions qui ont fait l’assaut de la moelle épinière du capitaine. Je décide donc de chausser les bottes de 7 lieux et de partir marcher une paire d’heures.

    Balade en Architecture

     

    Aux sorties de la Marina, une case Créole me plait bien, je la prends en photo. Comme sur un dernier texte il y avait aussi une jolie case j’ai pensé en faire un sujet pour le blog. La navigation, c’est aussi les escales et aux escales, les balades de découvertes sont intéressantes aussi.

    Je vais donc vous faire une rétrospective de l’architecture locale.

    Balade en Architecture

    Là c’est le bord de route qui est joliment décoré, a y regarder en détail c’est des objets de récupération qui sont utilisés comme pots de fleurs ou pour plantes, des cercles de tonneau, des grilles de terre cuite cassées, mais l’ensemble m’a plu, et vous ?

    Balade en Architecture

    Très souvent, les maisons sont sur pilotis légèrement surélevées du sol, donc de ce fait, quelques marches sont à escalader pour accéder à une terrasse, qui est un avant goût de la maison, les habitants y passent de longues heures dans des sièges de diverses factures.

    Nota, j’ai fait une sélection de maisons de belles factures, il y a aussi bien des cases rudimentaires en états plus ou moins de délabrement mais ce sera pour un autre sujet possible.

    Balade en Architecture

    Celle-ci en hauteur sur la route, bien fleurie, avec ces Varangues où l’on voit à l’œuvre les résidents affalés dans des confortables fauteuils, enfin pour les humains de sexe male, les femelles de cette « espèce » sont debouts, au travail, ou les mains sur les hanches pour réfléchir…. Je me suis fait grondé en anglais pour ce cliché volé. Pardon madame!

    Vous remarquerez les fenêtres sans volet, elles ne sont pas ouvrantes, mais les verres  bien souvent dépolis ou martelés sont fragmentés et pivotants à la façon des jalousies Niçoises.

    Les couleurs ici sont harmonieuses.

    Balade en Architecture

    Beaucoup sont des maisons de bois, l’influence américaine surement, mais bien légères des montants verticaux (comme si des montants pouvaient être autrement que verticaux) espacés de 60 à 80 cm sur lesquels sont fixés par des clous bien souvent des lames de bois de faible épaisseur + ou – 2 cm. Un coup de peinture en extérieur, le blanc reflète la chaleur, pas d’étanchéité, pas d’isolation thermique, pas de doublage intérieur. C’est très basique je ne connais pas leur prix, mais le prix de revient ne doit pas être en comparaison de ce qu’il est nécessaire d’envisager dans nos contrées de hexagonale.

    Balade en Architecture

    Là, deux niveaux, c’est rare, construction de béton c’est pour les gogos. Sous le prétexte de solidités et de sureté en cas de cyclone, il n’est qu’à regarder ce qu’il advient de maisons de ce type qui ont été « cyclonées » pour dire que ce n’est qu’illusoire, les toitures s’envolent, la pluie ravine tout l’intérieur,

    Les coûts de remise en état doivent être bien supérieur à la valeur d’assurance, aussi il en est des quantités qui après le passage d’un événement météorologique de ce type restent éventrées à l’abandon, en ruine partielle. 

    Balade en Architecture

    C’est beau, mais des fondations point, quelques moellons bâtis au mortier sans contre « ventements ». La maison posée dessus un coup de vent sérieux comme il y en a ici la maison bouge, les moellons lâchent, la maison tombe de sa hauteur,  se casse se, démantèle se ruine en quelques secondes. C’est la faute à pas de chance….

    Balade en Architecture

    Un autre exemple qui me fait frémir, comment vous jugez cette réalisation, ce bien dirait les courtiers en immobilier, bien situé, ensoleillé, une Grande terrasse,  la Mer à quelques minutes pas de vis-à-vis, à proximité d’un grand axe, toutes les servitudes connectées. Etc etc.  Mais ce n’est qu’un ersatz de construction les fenêtres à guillotines c’est mieux que le type jalousie, va savoir dans deux ans comment cela va fonctionner, madame aura besoin des muscles de monsieur pour soulever le bas de la fenêtre, qui un jour tombera inopinément, si personne est dessous encore, c’est que du bruit et de la casse, mais ci c’est votre gamin qui en effleurant le verrou se fera pour le moins coincer sous le panneau mobile.

    Mais pour votre sécurité et celle de vos biens madame, il y a un volet à la porte fenêtre. Les voleurs auront du mal à l’arracher, tu parles, un petit levier et les fenêtres s’ouvrent  sans coup fait rire.

    Comme l’aurait dit Coluche, grand Philosophe de notre siècle, « ils le vendent ça ? Remarquez ils ont raisons, du moment qu’ils y a des cons pour se porter acquéreurs. » C’est comme une maison des petits cochons,  pas celle en paille, faut pas déconner quand  même, mais pas celle solide et bien construite juste un je fais semblant c’est comme une maison, ça lui ressemble, le même volume, la même surface, la loi je ne sais quoi qui vous garantie sur les cm2 que vous aurez. Le bilan énergétique. La loi duchmuc, l’arrêté préfectoral sur les risques majeurs, et patati et patata.

     Je vous l’emballe ou c’est pour un investissement défiscalisé…… Bingo, j’ai eu un gogo, l’affaire  est dans le sac…..

    Balade en Architecture

    Passons à autre choses la c’est le jardin d’enfants, oui, oui, parfaitement entretenu, c’est les chèvres qui tondent le gazon, c’est écologique madame, pas de vapeur d’essence sur l’herbe qui serait tondue avec des machines polluantes. 

    Il est désaffecté,_ ah bon !, alors c’est pour cela qu’il y a des chèvres parquées. Bien sur Monsieur, quant il y avait les enfants, il n’y avait pas de chèvres.

    -Vous me rassurez, j’étais inquiet sur les risques  qu’un enfant n’avale les pétoulets de chèvre. Mais pourquoi a-t-il était désaffecté ?

    -les enfants s’échappaient entre les planches de clôture, certains sont tombés de l’escalier, en passant sous les rambardes. Il y a eu des enfants percutés par les balançoires lorsqu’ils allaient prendre l’escalier. Et d’autres sont tombés du toboggan, ils ne faisaient pas suffisamment attention……

    -Merci monsieur vous me rassurez j’avais peur pour ces enfants. Dites moi je vous prie qui a décidé cette réalisation, qui la finance, qui la paye au final….  les élus de la nation ont finalisé le projet qui était attendu pour nos enfants. Nous avons fait un crédit sur 20 ans pour cela ce n’est donc rien par an pour les finances de la communauté.

    Donc si je suis bien, les enfants qui n’ont pas eu la possibilité d’utiliser ce parc de loisirs le payeront durant des années alors qu’ils seront en âge d’être parents, et que ce parc sera toujours pour les chèvres. Pas pour leurs enfants. Ainsi va le monde. Il n’y a pas que l’Europe qui marche sur la tête.

    Balade en Architecture

    Pour finir ce texte, et pour ne pas clôturer sur du négatif, quoi que, voilà une vue de la grande baie de Falmouth, Falmouth Bay, une vaste étendue d’eau de Mer, le mouillage y est sécurisant, de bonne tenue, bien abrité de la houle habituelle, ce n’est pas un trou à cyclone mais peu s’en faut. Mais c’est un parc protégé donc une redevance y est perçu, une part pour le bateau, une part pour toutes personnes à bord. Dans peu de temps des corps morts seront à la disposition des bateaux, moyennant finance, pour l’entretien du cite et des installations que de nobles intentions. Puis il faudra payer pour les ordures, pour le droit de crocher son annexe à un pontons branlant, pour utiliser les toilettes, ça c’est déjà acquit, les toilettes de bateau ne devront pas être libérées à la Mer à moins de 10 milles des côtes, etc …. Au fait dites moi si les émissaires des villes qui rejettent des centaines de M3 d’eau noires à la Mer vont jusqu'à 10 miles ?

    Quant on veut tuer son chien on dit qu’il à la rage vieux dictons de nos anciens, nos politiques de tout pays s’en inspire, et tout ce qui est fait est pour le bonheur de tous…… et pour les actions en bourse de certains autres. Je ne dis pas que ce sont les politiques… si je l’ai dit ? Alors comme ça, pas fort, ou alors pas tout,  j’en compte au moins, heu, heu, enfin j’en compte. Non, non moi j’en connais pas, mais on m’a dit qu'il en avait, mais on m’a pas dit où, dans quel pays, je ne sais pas on ne m’a pas dit.

     

    Allez prenez la Mer, tant qu’ils ne l’ont pas privatisée, cela ne saurait tarder. Ils ont déjà commencés pas comme ça, par pan entier non non, juste ici, là un petit bout, juste la bande des 300 mètres des côtes, ou là un peu plus, c’est un golfe, là aussi, ah oui mais là c’est un cap, la non c’est pour la beauté du site, 

    J’ai de la chance, ma route et surement plus courte que le chemin parcouru.

    Les autres se débrouilleront, c’est comme cela qu’il faut penser pour être un dirigeant, après moi le déluge…

     

    Je vous ai agacé, à bon, alors c’est que j’ai tort.

     


    1 commentaire
  •  

    Une navigation sympa.

     

    Comme prévu, ce mercredi 23 avril en tout début de journée, Exocet appareillé pour aller  à Antigua. La journée s’annonçait belle, les prévisions de la météo semblait se traduire sur le terrain comme prévu.

    Une navigation sympa.

    Le levé du soleil depuis le lagon de saint François.

    Il y avait deux bateaux qui devaient faire la même route que moi, les équipages étaient opérationnels, le skipper de « Spirit » était allé déjeuner avec le couple qui aller comme lui à Saint Martin.

    Une navigation sympa.

    Spirit au mouillage très proche d’Exocet.

    A 6 heures 30 Je lâchais les amarres qui me reliaient à la bouée de corps mort, dés que face au vent, dans le chenal qui passe entre deux récifs de corail frangeants, je hisse la grand voile en gardant un ris en réserve, pas qu’il y est bien du vent en ce petit matin, mais parce-que, avant d’avoir la route libre pour ma destination, il me faut aller contourner la pointe des châteaux, à une 10ene de milles de Saint François, et là j’aurais le vent dans le nez au prés bien serré. Je garde le moteur pour ce bord de dégagement, j’établis juste un bout de génois que je borde le plus plat que possible.

    La pointe des châteaux une fois contournée, je mets le cap sur mon objectif, le vent est maintenant bien par l’arrière du bateau, (portant à 15° sur tribord) le génois que j’avais déroulé au fur et à mesure de ce contournement est étouffé par la grand voile, aussi après un moment d’attente, pour voir comment évolue la situation, en faisant un cap un peu plus tribord que voulu. J’établis le tangon pour naviguer voiles en ciseaux, Le génois au vent, la grand voile entière à présent, sous le vent, choquée au maximum, en appui sur les barres de flèche du mât, avec une retenue de bôme pour éviter que la houle importante ne la fasse empanner intempestivement. (à l’insu de mon plein grés) (un clin d’œil à Richard).

    Une navigation sympa.

    Voilà Exocet en ordre de marche un bon moment après avoir tout établi.

    Le vent apparent ne dépasse que rarement les 15 Nds. Aussi c’est dire si la navigation est cool, seule la houle fait rouler le bateau plus que je ne souhaiterais, impossible de lâcher la choppe de bière au risque de perdre le précieux liquide en fond de cockpit. Mais pour être cool, c’est bien cool. Les heures passent tranquillement, j’ai mis deux lignes à la traine, avec deux « Rapala » différents pour tenter le sort, et si possible faire un poisson.

    Une navigation sympa.

    Exocet vu de l’autre bord, la Mer est belle n’est ce pas.

    A 11 h la ligne qui est sur une canne laisse entendre le chant du moulinet, un son bien sympathique à n’en pas douter, c’est un poisson qui voulait se faire un apéro, ou un déjeuner tardif, qui peut le dire ? La bataille ne sera pas bien longue, et un bien joli Barracuda de 2 Kg 400 est à bord. Il se retrouve au frais dans le frigo emballé dans un grand sac plastique, les poissons de cette espèce ont une odeur forte qui n’est pas bien agréable. Il me faut lui tordre la nageoire caudale pour qu’il puisse entrer dans la glacière en travers c’est le plus gros que j’ai pris à ce jour, je n’ai pas fait de photo du bestiau, je vous en ai déjà fait profiter bien dés fois.

    Je me suis préparé une salade de tomates pour le repas de midi, j’ai mis un pain en fabrication, la navigation n’empêche pas de vaquer à des occupations de tous les jours, je me suis rasé un peu plus tôt, la vie quoi.

    Je profite également maintenant des informations que me délivre le GPS extérieur, je suis bien content de cette installation, qui maintenant fonctionne bien.

    Une navigation sympa.

    Le GPS sur son support, orientable dans toutes les directions.

     

    Il me donne les informations utiles à la navigation, sur l’écran ci dessous, on peut lire : 

    A : le cap pour rejoindre l’objectif (337° dans ce cas)

    B : la route que court le bateau (344° présentement)

    C : la distance de l’objectif (26.6 nautique milles)

    D : la vitesse du bateau (6.0 Knot( milles par heure) 

    E : le visuel, indique la route et donne la position du bateau sur cette route, ici il indique que je suis  0.43 milles de la trajectoire idéale. Qui me conduit à ANTIGU (pour Antigua) point d’atterrissage que j’ai donné comme info. 

     

    Une navigation sympa.

    Pour vous faire progresser en navigation, vous suivez, c’est bien.

     

    L’après midi tire à sa fin, je ne suis pas bien loin avec un peu de chance je vais pouvoir mouiller l’ancre avant qu’il ne fasse nuit noire, c’est moins stressant et plus facile et plus sur également, j’ai en vue un bateau par mon travers avant, un bien grand et bien voilé, que je vois mal car bien loin dans la lumière du soleil bas sur l’horizon.

     

    18 h 05, je vais ranger les voiles, mais m’aperçois que la ligne qui est à la traine, celle la sur un bobineau est bien tendue, cela ne fait pas de bruit alarme, il faut surveiller, je remonte donc ces 60 à 80 mètres de fil c’est bien lourd et belle surprise une fois a porté du bateau un Marlin de belle taille est là, je me saisis de la gaffe à poissons pour l’inviter à bord, il se débat le (Fish) mais j’en viens à bout, 6 kg au peson , c’est mon premier poisson de ce type est aussi le plus gros que j’ai pris en deux années sur Mer.

     

    Une navigation sympa.

    Striped Marlin (Marlin rayé) ou (Tetrapturus audax) sauf erreur de ma part ou de la plaquette qui me donne l’information.

     

    Je n'ai pas vu de bateaux avec lesquels il était possible que je fasse route, comme quoi une fois encore cela met en évidence, qu'il est bien compliqué de faire des projets de navigation à plusieurs bateaux.

     

    Bon c’est ainsi, moi je me suis bien régalé de cette navigation, une bien belle étape, je n’ai pas osé établir le Spi à cause de la houle, mais cela aurait bien pu se faire, j’aurais  gagné une heure surement sur le trajet, mais par la même perdu une heure de plaisir à naviguer.

    Que c’est compliqué de choisir !!!

     

     


    votre commentaire
  •  

    Une petite randonnée prés de Saint Louis.

     

    Lundi 14 avril au programme sur Exocet, randonnée. En effet la vie sur le bateau ne permet pas de faire de la marche, ce qui s’appelle de la marche. Bien sur que l’on va à terre pour des emplettes, des petites visites, mais marcher pour marcher pas vraiment, il faut le programmer. C’est ce que j’avais mis à mon programme de ce lundi donc.

    Randonnée prés de Saint Louis.

    Petite case créole en sortie de Saint Louis

    A 3 Km de Saint Louis il est un chemin de randonné, « Le sentier du vieux fort » Cet itinéraire longe d’abord le littoral et ses magnifiques plages, puis emprunte un sentier enherbé qui monte dans les terres. C’est à partir delà que j’ai quitté la route après une demi heure de marche le long de la route littorale D : 205. Dans ce chemin, montant, sablonneux, malaisé, de tous côtés au soleil exposé, pas de Fontaine. Une bonne heure à cheminer ainsi dans des bosquets de végétation, entrecoupés de pâtures ou des bovidés vaquent à leurs activités, limitées par la longueur de chaine qui les relie à un piquet. Quelques champs de cannes, et petits carrés de potager, et deux ou trois cases créoles rudimentaires faites de bric et de broc. Puis c’est la forêt plus loin qui prend le relais une forêt dense, touffue, impénétrable hormis à par quelques sentiers qui mènent à des clairières ou un grand arbre d’intérêt se trouve, Manguier, Cocotier.

    Randonnée prés de Saint Louis.

    Un Manguier sur le bord de route

    Arrivée au sommet de ce parcours, la vue est belle sur la Guadeloupe, pourtant l’altitude n’est pas extraordinaire (150 mètres) mais les mollets sont bien chauds. Une courte halte pour profiter du site puis j’attaque la deuxième heure sur ce sentier. Ca descend puis remonte, contourne une vaste propriété clôturée de fil électrifié pour contenir un joli troupeau de vaches, veaux et taureaux, qui ont un vaste espace de liberté avec de ci de la des bosquets qui leur procurent une ombre appréciable, des abreuvoirs sont aussi à leur disposition, une exploitation quatre étoiles assurément. Je ne connais pas la race de ces bovidés mais ils ont fière allure.

    Randonnée prés de Saint Louis.

    Un calebassier, avec ses gros fruits.

    Je retraverse une zone forestière puis arrive à une route goudronnée de petite importance, elle me conduit en bord de Mer, après avoir longé une propriété importante, rien à voir avec une case créole c’est une villa avec ses varangues qui font le tour de l’habitation (varangues terrasses couvertes) clôtures, chien de garde, et gros 4X4 dans la cour.

    Randonnée prés de Saint Louis.

    Un cocotier avec ses cocos en bord de Mer.

    J’arrive à  la plage canot, Exocet y avait trempé sa quille en janvier avec les enfants à bord. Il y a quelques bateaux dans ce joli mouillage. Quelques baigneurs sur la plage mais ils ont bien de l’espace pour eux. L’eau est cristalline, cela tente bien, mais il me faut rentrer, est ce n’est pas à côté j’ai 6 Km à faire pour rejoindre l’annexe qui attend sagement au ponton des dinghies. Il me faudra une bonne heure en suivant la D205, pour retrouver Saint Louis, une bien belle balade, une bonne matinée de passée, c’est aussi cela la vie d’un marin aux Antilles.

    Randonnée prés de Saint Louis.

    Les mangues commencent à mûrir, va venir le temps des confitures.

    Randonnée prés de Saint Louis.

    Un avocatier, avec ses fruits, perdu dans un roncier.

    Randonnée prés de Saint Louis.

    Un Kapokier de petite importance, lui aussi un peu perdu dans la végétation.

    Randonnée prés de Saint Louis.

    Une épave de véhicule mangée par la végétation.

    Randonnée prés de Saint Louis.

    La Plage de L’anse Canot, Sympa non ? 

    Randonnée prés de Saint Louis.

    Goyavier et ses goyaves presque à maturitées.

    Randonnée prés de Saint Louis.

    Après l’effort le réconfort. Tout va bien.

     


    3 commentaires
  •  

     

     

    Un aperçu sur Marie Galante

     

    Cette escapade à Grand bourg m’a bien laissé sur ma faim. J’avais espéré trouver un peu d’animation en soirée mais non rien d’officiellement prévu. Les bistros ferment de bonne heure, pas de musique qui traîne dans les rues. C’est le désert qui prend le pas dans le Bourg. Les gens ne traînent pas dehors, ils sont devant la télé, les touristes eux ont regagné leurs hôtels ou résidences, les commerces ont baissé leur rideau. La ville c’est  endormie, j’ai donc regagné mon bord un peu déçu.

    Un aperçu sur Marie Galante

    La gare Maritime à gauche, le quai des navettes au centre.

    Dans la matinée de ce samedi j’avais fait un bon tour en ville, arpenté les rues, les traverses, les boulevards. Les magasins étaient ouverts et les petits marchands avaient pris possession du macadam sur le parking prés du marché aux poissons, le marché prés de l’église lui aussi regorgeait de produits locaux, et de souvenirs à destination des visiteurs d’un jour qui arrivent avec les navettes rapides qui relient l’île à Pointe à Pitre en 45 minutes de navigation et en repartent par le même moyen en fin d’après midi.

    Un aperçu sur Marie Galante

    Le marché aux poissons de très bonne heure.

    Le spectacle est hallucinant à l’arrivée de ces Navettes, des dizaines de rabatteurs pour les multiples sociétés de location de voitures sont alignés des la sortie des grilles de la gare maritime. Ils partagent les lieux avec les chauffeurs de taxi qui proposent la visite de l’île avec pour argument principal les distilleries de Rhum. Ajouté a cela les parents venus récupérer les ados scolarisés sur l’île principale. Mais aussi les propriétaires de résidences, Gites ou autres habitations chez l’habitant qui viennent récupérer leurs clients. C’est une inextricable cohue devant le port.

    Un aperçu sur Marie Galante

    Les petits vendeurs producteurs prennent possession des lieux

    Je me suis diverti de ce spectacle puis j’ai marché jusqu’au petit musée sur Les 4000 ans d’histoire de la Caraïbe en sortie d’agglomération. J’y ai passé deux heures a regarder les collections, lire les multiples panneaux d’information. Ce musée, galerie d’art, s’appelle : « Kréol West Indies » vous pouvez profiter vous aussi d’une visite car il y a un site web qui parait ‘il est intéressant. Je ne l’ai pas compulsé depuis le bateau, pour cause de connexion wifi inopérante. 

    www.Kreolwestindies.com

     

    Chemin faisant j’ai été impressionné par les fruits de cet arbre, arbre à saucisses, je ne connais rien sur ce sujet. Mais je comblerais ce manque dés que possible.

    Un aperçu sur Marie Galante

    Arbre à saucisses.

    Autre arbre mais bien plus commun et connu l’arbre des fruits à pain, eux aussi de bien grosse taille.

    Un aperçu sur Marie Galante

    L’arbre des fruits à pain.

    Voilà pour petit aperçu sur Marie Galante. Je souhaite qu’il vous a fait un peu voyager comme si vous étiez avec Exocet en Caraïbes.

     


    votre commentaire
  •  

    Un instrument nouveau a bord d’Exocet.

     

    J’ai profité de mon escale tranquille à Saint Louis sur Marie Galante, pour faire un peu de bricolage, à bord d’Exocet, en effet cela fait quelques temps que je pensais à installer en extérieur un GPS, car les instruments de navigation que j’ai à disposition ne sont pas ce qui ce fait de mieux actuellement.

    Le pupitre de barre avec le G.P.S.

    Ce texte est un peu rébarbatif pour certain, instructif pour d’autre, il a le mérite d’exister à vous de voir l’intérêt que vous y trouverez.

    Les deux indicateurs contre le roof.

    J’ai à ma disposition deux multifonctions, un en façade contre la cloison du roof, le deuxième sur mon pupitre de barre. Ces instruments peuvent donner plusieurs indications à sélectionner ; Elles sont numérotées de 0 à 7.

    Le deuxième multifonction sur le pupitre de barre.

    0  Vitesse du bateau,comme la petite roue à aube qui recueille  l’information sous la coque se bloque avec les concrétions, algues, ou autre, souvent cela ne fonctionne pas.

    1 Loch journalier, indication des milles parcourus avec remise à zéro à tout moment choisi.

    2 Loch totalisateur, totalisant les milles parcourus sans remise à zéro. Ces deux fonctions sont également conditionnées au bon fonctionnement de la roue à aube, donc même cause, même résultat.

    3 Direction du vent, donnée en degrés sur bâbord ou tribord. Malgré les multiples tentatives je ne suis jamais arrivé à avoir une indication fiable.

    4 Heure, que l’on peut régler à souhait, locale, GMT ou autre.

    5 Profondeur. Hauteur d’eau, réglable également pour obtenir la profondeur d’eau depuis la surface, sous la quille ou autres. Ca  fonctionne bien. Comme quoi.

    6 Alarme de profondeur assujettie à la profondeur réglable naturellement aussi, ça fonctionne mais je ne l’utilise jamais.

    7 la vitesse du vent, c’est cette fonction qui est affichée en priorité à bord.

     

    Le nouveau G.P.S visible devant la barre

    Donc voilà 8 indications dont je n’en n’utilise que deux. Et encore pour la profondeur, j’ai un écran dédié, donc il ne reste que la vitesse de vent. C’est bien insuffisant par moment et les allers retours à l’intérieur pour d’autres infos ne sont pas rares de ce fait. Le G.P.S, avec sa cartographie permet toutes sortes d’informations. Il était en panne dernièrement la connexion  avec l’antenne avait cessé de fonctionner. J’ai pu réparer ce défaut du à une fiche de connexion qui avait oxydée, les fils étaient coupés mangés par l’eau qui avait trouvé son chemin dans cette fiche « étanche »

     

    Le G.P.S sur son support ad hoc.

    Aussi, voila que j’ai donc installé un G.P.S en extérieur, sur un support ad hoc, devant la barre, mais également en le faisant pivoter sur un axe visible des bancs de cockpit, d’un côté comme de l’autre ainsi, j’aurais la possibilité d’afficher et voir au choix 4 écrans.

    Le G.P.S en position lecture depuis le banc bâbord. 

    Le premier, Affichage PARCOURS, me donne, La vitesse du bateau sur le fond, la route que suis le bateau. Mais aussi, si je lui indique un point à atteindre, il me donne la distance de ce point, le cap  qu’il me faut suivre pour y aller, le temps de navigation prévisible pour l’attendre et l’heure d’arrivée estimée.

    Le deuxième, Affichage POSITION, me donne, la date et l’heure, les coordonnées de la position du bateau en Latitude et Longitude. La vitesse du bateau et la route qu’il suit sur le fond (sans se préoccuper des courants et dérives éventuelles).

    Le troisième, Affichage TRACEUR, me donne, un visuel sur lequel apparaissent, la position du bateau, la position de l’endroit sélectionné où l’on se dirige, Il peut y avoir une succession de positions pour atteindre un lieu X. Et la aussi cap vitesse et coordonnées géographiques de la position du bateau.

    Le quatrième, Affichage PERSTECTIVE, me donne un visuel sur lequel apparait  une perspective de route idéale pour rejoindre un point  déterminé et comment se situe le bateau sur cette perspective. De plus là encore le cap de l’objectif, la route que suit le bateau, sa vitesse, et les coordonnées géographiques.

    Voila pour la description des infos que j’aurais à ma disposition en extérieur, mais aussi une Chose accessible et intéressante,  le bouton (Mob) ce bouton sur un simple appui enregistre la position, utile pour revenir sur une zone d’intérêt ou dans le cas de la chute à la Mer d’un objet voir d’une personne.

    Aussi des alarmes sont disponibles, Arrivée à un point donné, dérapage du bateau au mouillage, d’écart de route, de vitesse.

    Voila ce que j’ai installé, cela fonctionne, il me reste à le tester en navigation ce qui ne saurait tarder.

    Si vous avez des questions ne pas manquer de les poser dans les commentaires, je me ferais un plaisir de vous y répondre, si je le peux.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique