• Grands travaux à bord d’Exocet

     

    Grands travaux à bord d’Exocet.

     

    Cela faisait bien des années que le caillebotis du plancher du cockpit nécessité d’être remplacé, depuis l’achat du bateau c’était dans mes plans, mais les ans passent, les idées restent en rade. J’avais fait faire un devis au Portugal, les milliers d’Euros demandés m’avaient fait fuir à toutes jambes.

    Mais l’idée elle était toujours là, refaire à l’identique j’en ai la compétence, mais cela demande des moyens matériels bien supérieurs à ceux que je peux avoir à bord, d’une part, et la matière première (Bois de Teck) impossible à trouver dans des conditions acceptables financièrement parlant et avec des débit qui sont compatibles avec l’objectif que je me fixais.

    C’est une des raisons qui a fait que ce chantier a de report en report attendu des temps bien lointains. Mais voilà c’est fait.

    L’idée a pris forme par un constat ;  à la barre du bateau, debout derrière cette dernière, la vue n’est pas bien dégagée sur la route, si l’on se positionne sur le siège, debout, on a une bonne vue, mais au prix d’une position courbée sur la barre qui a la longue fatigue les reins, et il me faut les ménager, il ont déjà été mis à contribution plus qu’ils ne le souhaiteraient.

    Lorsque les conditions sont sérieuses, et qu’un bon barreur est meilleur pour le confort et l’anticipation qu’un pilote automatique, la position de cet homme ( car rarement une femme), ( Flo n’est pas un modèle très répandu) devenait vite fatigante, à cela une solution rehausser le plancher à mi hauteur entre plancher trop bas et siège trop haut. L’idée était bien dessinée dans mon esprit une planche solide, large, devrait faire l’affaire.

    Lors de mon passage à Saint Pierre en Martinique me vient à l’esprit la solution pour réaliser cette espèce d’estrade. Utiliser une planche de latte de Deck de piscine c’est large de 15 cm c’est en bois dur résistant à des conditions rudes d’exposition aux averses, embruns,  voir paquets de mer, Pas de nécessité de protections spéciales, ( peinture ou vernis), c’est disponible déjà usiné il n’y a qu’a débiter et assembler. J’achète donc une lame de 3 m, de quoi débiter deux longueurs que je vais assembler côte à côte, et dans la chute je peux tirer deux éléments de 30 cm qui vont faire office de pieds relevant de 15 cm les deux lattes juxtaposées pour réaliser l’estrade. Mais pour ne pas avoir un élément encombrant sur le bateau les pieds ne sont pas fixés, juste mis vertical et bloqués par les tasseaux qui réunissent les deux lattes, c’est vite mis en œuvre, modifié, escamoté, tout en étant sécuritaire et efficace dans les différentes configurations possibles.

    Grands travaux à bord d’Exocet

    L’estrade en position basse, escamotée.

    Une fois cela mis en œuvre, testé dans différentes configurations, il devient évident que pourquoi ne pas remplacer le caillebotis par un plancher réalisé de cette façon, avec ce matériau. Les plans dans ma tête sont clairs, évidants, je les couche sur le papier, fais des essais de différentes configurations, analyse les contraintes et les résultantes. Au final les plans sont validés et entérinés. Il ne reste que la recherche des financements pour lancer le projet.

    Grands travaux à bord d’Exocet

    L’estrade en position de rehausseur.

    J’ai étudié avec sérieux, l’appel à contributions de la banque d’investissement pour les grands projets européens, compliqués,  avis d’expert, soutien de différentes nations, réalisations de documents multiples, rédiger en toutes les langues des nations de l’Europe, invitation dans des séminaires pour exposer le projet pour les centaines de décideurs qu’il faut donc inviter loger nourrir blanchir, distraire, voir leur fournir des Baby-sitter ou agent de sécurité ( mâle ou femelle, inversement si demandé, au sexe des représentants) pour les rassurer dans leur nuit, passer loin de leur famille, etc. je me suis dégonflé, j’abandonne l’idée. Car en plus il n’a été dit que cela demandais que je prévois des consultants pour relayer le projet, ils demandent des émoluments,  défiscalisés, payer en cash, par anticipation, en clair des pots de vin.

    Grands travaux à bord d’Exocet

    L’estrade en position inclinée petit angle.

    Les banques, je ne vous en parle même pas, Avant de savoir de combien il me faudrait pour réaliser le projet, il me fallait donner le montant de mes avoirs, de mes revenus, (qui sont bien repartis sans bruit de plus) de mes cautions solidaires et j’en passe, bref si vous n’avez besoin de rien vous pouvez le leur en parler. Dites moi de quoi vous avez besoin, je vous dirais comment vous en passer.

    Grands travaux à bord d’Exocet

    L’estrade en position inclinée petit angle.vu coté opposé.

     

    J’ai donc envisagé la manche, les sorties d’églises, les devantures des commerçants. Ici je suis un riche pour les autochtones, un blanc qui ne fait pas couleur locale devant les boutiques, pas un réfugié politique, ni économique, ni musulman,  ni juif, ni même chrétien, bon en bref aucun espoir à entretenir de ce côté non plus.

    Il me faut me résoudre à la seule solution restante, l’autofinancement, c’est un budget conséquent pour un retraité qui encore heureusement n’est pas Grec. Mais il faut faire face a ces engagements, (t'as un bateau, t'es riche) sur que cela est facile comme raccourci. C’est comme dire (t'as un logement t'es un privilégier). Tu as un travail rémunérer, (quel pied). Tu touches des allocations de chômage(t'es un nanti). T’as une voiture (c’est un luxe) et j’en passe et des meilleures. 

    Grands travaux à bord d’Exocet

    L’estrade en position inclinée grand angle.

    J’ai réduit les portions de pâtes de moitiés, diminuer la fréquence des repas de luxe composés d’un bol de riz, réduit les viandes à une fois l’an, c’est suffisant paraît-il. Laisser les épluchures sur les légumes pour les manger, c’est plein de vitamines. Et me suis mis à boire de l’eau de Mer c’est plein d’un tas de choses bonnes, métaux lourds, sels minéraux, bactéries et autres éléments excellents, les poissons s’en nourrissent depuis la nuit des temps et s'en portent bien alors vous voyez bien que c’est bon.

    Je ne vous ennuie pas un peu au moins ?

    Non alors je continue ; ah si je deviens un peu lourd, il y en a qui sont dans ce même désarroi et préfère que je ne leur retourne pas le couteau dans les plaies.

     

    Alors revenons à nos moutons, nos moutons ah oui une souris d’agneau avec des fines lamelles d’ail introduites avant cuisson, revenues dans une cocotte sur petit feu, à couvert, pour une bonne heure….. J’en salive……

    Ah oui nos moutons. Voilà, le financement est réuni, la commande du bois est passée, le matériel réuni, essayé, inventorié, zut il manque une scie circulaire elle est restée a Nîmes, je ne peux m’en passer à moins de travailler comme au siècle dernier mais je vais y laisser ma santé, et le fini va s’en ressentir. Bon faisons les fonds de poche et direction la quincaillerie pour acheter une belle scie toute neuve avec sa belle lame au carbure de tungstène Le matériel est fin prêt, le bois est arrivé au dépôt, je m’équipe du chariot pliant et me voila avec 7 planches de 210 cm de 2 cm d’épaisseur et 15 de large cela fait presque 500 cm3 de bois bien lourd attaché en fagot sur un chariot qui ne fait pas ça tous les jours (heureusement) direction le quai c’est pas au bout du monde mais faut y aller. Bon ça y est j’y suis au quai, délover le bout, embarquer les lattes dans l’annexe, rejoindre le bateau, transborder de l’annexe sur Exocet….. oufffff. Fini pour ce jour, j’en ai plein les bras.

    Allez capitaine au boulot : premier objectif le débit. Fabrication d’une règle d’équerre pour couper à la bonne côte et bien à l’équerre les éléments, des grands, des demi, des petits.

    2 ème opération passage à la toupie pour arrondir les bouts des éléments qui de ce fait seront bien en phase avec l’arrondi du fond de cockpit. La défonceuse montée sur une plaque de Contre plaqué fera l’affaire.

    3 ème phase, il me faut couper sur la longueur une des lattes pour que la totalité du fond soit recouvert sans manque, bien sur cela ne pouvait pas correspondre avec les dimensions des lattes. La scie à son tour est installée sur cette table de travail improvisée. Un guide me permet de faire une belle coupe droite et propre.

    4 ème travail faire les découpes pour le passage des tubes inox qui supportent la table. Très laborieux, avec la perceuse, une série de petits trous jointifs de l’un à l’autre en suivant le contour dessiné, puis scie sauteuse pour enlever ce morceau en demi-lune, puis râpe à bois pour fignolage…. Le tout à faire sur quatre lattes.

    5 ème détail les entailles pour libérer les écoulements d’eau de la baignoire (nom donné au fond du cockpit car si l’on bouche les évacuations ce fond peut faire office de bain pour vénus, naïades et sirènes de rencontre).

    6 ème ouvrage, une découpe par le milieu pour ajuster au support de barre, et là aussi un petit passage à la toupie.

    L’ensemble en place ça présente pas mal, mais ce n’est pas fini, ce serait trop beau, et il me faut faire des ensembles cohérents qui ne bougent pas mais cependant qui puissent se déposer pour l’entretien.

    Dans des planches de bois brut de récupération j’ai débité des lattes de 30m/m de largueur pour 10m/m d’épaisseur passage à la toupie pour arrondir le dessus des lattes et ponçage pour redonner un aspect propre pour satisfaction du coup d’œil.

    Assemblage des quatre parties qui constitue le plancher et l’affaire est terminée cela m’a pris quelques jours en jouant avec le soleil les nuages les ondées et les affaires courantes mais le résultat final est à ma convenance alors qu’est ce que quelques jours de labeurs. 

    Je ne vous ai pas dit tous les temps de nettoyage, car la menuiserie était bien exiguë et devait aussi de temps en temps servir pour les ti dej, les repas, le farniente et autres frivolités.

    Vous avez aimé, ne vous privez pas de le dire dans un petit commentaire.


  • Commentaires

    1
    LE MOUSSE
    Lundi 13 Juillet 2015 à 20:06

    Beau travail capitaine!

     

    2
    tatie youyou
    Lundi 20 Juillet 2015 à 11:23

    ça donne un petit coup de neuf, le bois est chaud à l'oeil, bonne navigation vers le Sud! nous allons faire la même chose (Grau d'AGDE) dans quelques jours.

    bises et bon vent!

     

    3
    paquerette
    Mercredi 12 Août 2015 à 22:16
    Avec l'humour c'est encore meilleu, belles explication
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :