•  

    Balade à la pointe du Marin.

     

    Je vous emmène pour une petite balade apéritive, pas de tracas ce n’est pas le Pérou ni Himalaya. Ce n’est que quelques pas le long du littoral, 30 minutes dans un sens, une heure pour faire l’aller retour depuis le ponton de Saint Anne.

    Ma promenade m’a mené jusqu’au ponton du Club Med qui sert aux gentils membres pour aller faire un essai de ski nautique. Là une nana, pas mal gaulée comme il convient de dire, vous attend mesdames pour vous faire essayer un ou plusieurs maillots de bain, elle a sa boutique avec elle dans deux ou trois grands paniers. Son compagnon est là lui aussi jouant le rôle de rabatteur, de garde corps, de maquereau à l’occasion. Un petit air de Jean Dujardin, non.

    De là, la plage est typique des hôtels club, du sable, des transats des parasols sous les cocotiers et le service qui accompagne ces lieux, des serveurs qui portent des boissons, des cocktails de fruits, au paresseux qui se prélassent au soleil.

    Le cadre est bien propre, bien joli, la Mer est une invite à la baignade, au fond le village de Saint Anne avec les bateaux au mouillage, parmi eux Exocet y est sagement ancré.

    En bout du ponton se trouve la base de départ des bateaux qui tractent les skieurs expérimentés ou néophytes. Pour un aller retour bien rapide sur le plan d’eau.

    La végétation le long de cette plage est bien entretenue cela donne une idée un peu fausse d’une nature à l’état originel.

    Cela dit les tempêtes et cyclones, ont eux aussi laissé sur place des vestiges du à la puissance des forces en présence, cela permet de jolis clichés. Il n’y manque qu’une starlette pour en faire une couverture de calendrier.

    Un luxueux carbet attend les membres du club pour le repas de midi, ils déjeuneront sous les toitures à l’ abri du soleil ou d’une averse inopinée, avec la vue sur la Mer et bien ventilés en ce lieu ouvert aux quatre vents.

    La plage s’étend sur une bonne distance, la Mer, le sable, les cocotiers, les transats, un chemin de desserte et en arrière les gazons verdoyants qui séparent des bâtiments de résidence.

    C’est bien joli n’est ce pas, les bateaux au mouillage semblent bien loin devant le village. J’ai bien sûr fait mon possible pour ne pas avoir dans le champ les estivants de façon reconnaissable, discrétion de bon aloi.

    Autre vue plus en avant vers le village toujours le même cadre sympathique.

    Le domaine est bien sur privé, mais la promenade le long de la plage autorisée m’a permis ces quelques photos que je vous offre avec toujours bien du plaisir.

    Ma balade se termine ici pour vous par ce bouquet de fleurs d’un arbre dont j’ignore le nom.

     


    6 commentaires
  •  

    14 juillet à Saint Anne

     

    Juste un petit coucou en lieu et place d’un article plus étoffé.

    Exocet et un peu en stand by (attente) nous sommes au début de la période à risque cyclonique, aussi le capitaine et le bateau sont parés à prendre la Mer si une méchante dépression traverse l’Océan pour venir sur les Caraïbes. Dans cette hypothèse, selon la trajectoire prévisible il me faudra faire un choix rester sur place en mettant le bateau dans un abri sur dans le cul de sac du Marin, ou fuir le plus loin possible de la route que pourrait parcourir ce monstre destructeur.

    Nous n’en sommes pas là pour le moment, les perturbations qui traversent l’Atlantique, ne sont pas méchantes et passent dans le Sud de la Caraïbe. Je suis donc bien ici en Martinique ou à la fin du mois il y aura une des manifestations les plus populaires de Madinina (nom ancestral de la Martinique) le tour de l’île par étape des Yoles rondes, une fête magistrale ici, j’aurais peut être le plaisir d’y participé en spectateur.

    Le 13 JUILLET ici a été prétexte à diverses manifestations. Une grand messe avec l’archevêque en grande tenue pour la présider, avec tout un aréopage de personnalités civiles et militaires. A la sortie de l’église tout ce joli monde c’est rendu au monument aux morts des grandes guerres et de celles qui ont suivies au Maghreb et en Indochine. Discours, énumération des victimes originaire de la commune (un bien grand nombre) sonnerie aux morts, Marseillaise, discours dépôts de gerbes, remerciements et congratulations...

    Le 14 JUILLET à l’heure de l’envoie des couleurs, Exocet c’est paré du grand pavois (ensemble des pavillons du code international mis bout à bout dans un ordre déterminé.) Je n’avais pas failli à cette tradition ni en 2012 où Exocet était à Gibraltar, pas plus qu’en 2013 cette fois dans le Sud de Grenade (l’île de Grenade au Sud de la Caraïbe) Exocet n’a pas été bien suivi par d’autres bateaux sur le mouillage qui reçoit beaucoup de pavillons Français. Mais j’ai pris plaisir d’avoir reçu de nos amis qui sont aux Gambier (archipel polynésien) une photo de leur bateau pavoisé.

    Dans ce même envoi de photos j’en ai sélectionné une que j’ai bien apprécié pour bien des raisons, en premier lieu elle est bien réussie en son ensemble, couleur, sujet, profondeur de champ, mais aussi parce que le sujet en est un bel oiseau des Mers tropicales le Paille en queue. J’aime cet oiseau dont quelques couples se trouvent sur le rocher du Diamant et à ses alentours mais dont je n’ai pas encore pu faire une belle photo. Et là je vais avoir bien du mal à rivaliser. Je vous l’offre en remerciant son auteur pour la laisser libre de droit, elle mérite de faire le tour du monde sur la toile.

     


    2 commentaires
  •  

     

    Sauté de porc aux christophines et lait de coco.

     

    Ingrédients:

    • 400 g de poitrine de porc fraiche.
    • 2    Oignons.
    • 2    Christophines.
    • 30 g      Huile pour friture.
    • 30 g     de farine.
    • 30 g      de moutarde.
    • 200 ml   de lait de coco.
    • Sel et poivre.  

     

    Préparation:

     

    Trancher, peler, couper les christophines.

    Émincer  les oignons.

    Couper les tranches de poitrine de porc en quatre.

    Dans une cocotte, mettre l’huile, les oignons  sel et poivre, faire fondre à feu modéré. (+ - 5 mn) Remuer.

     

    Ajouter le porc, faire dorer blond. (+ - 4 mn) Remuer.

     

     

     

    Mettre les christophines à leur tour, Mélanger, mouiller d’un verre d’eau, à couvert (+ - 15 mn) sur feu moyen brasser de temps à autre.

     

    Dans un bol mettre la moutarde, la farine, mélanger au fouet et mouiller avec un verre d’eau.

     

    Verser cet appareil sur les christophines, brasser, et compter 3 à 4 mn à petit bouillon tester la cuisson et ajuster le sel, le poivre si besoin.

     

    Retirer du feu ajouter le lait de coco homogénéiser la préparation.

     

    Servez et savourez.


    2 commentaires
  •  

    Démontage d’un winch Lewmar 52.

     

    Un article qui n’intéressera pas tout le monde bien sur, mais il a son intérêt pour d’autres. Cela dit, je vais le commenter avec un autre texte que seulement technique. Mais ce n’est pas simple.

    J’ai pris les photos au remontage, cela explique que les pièces soit propres.

    Bien sur d’un modèle à un autre, d’une marque à une autre les choses ne sont pas identiques, mais les principes sont très proches.

    Voila donc ce à quoi ressemble un winch Lewmar 52 en position sur le côté du cockpit. C'est un équipement fixe placé sur le pont d'un voilier qui permet de démultiplier la traction exercée par l'équipage sur les cordages (écoutedrisse, bras de spinnaker) utilisés pour contrôler la voilure. 

    Sous la manivelle remarquez la collerette en plastique noire, c’est par là qu’il va falloir commencer. Vous avez des gants de protection, non ! Alors vous allez vous salir les mains.

    Démontage d’un winch

    Voila l’étape N°1, je viens de dévisser les quatre vis qui fixent la collerette en plastique qui une fois enlevée laisse voir les deux demi lune qui empêche à la cloche du winch de monter et de sortir.

    A l’insu de votre plein gré aurait dit Richard Virenque.

    Démontage d’un winch

    Une fois les deux demi-lune enlevées, l’axe de manœuvre pourra sortir de la cheminée, ainsi que la cloche qu’il suffira de dégager en la remontant. Vous aurez donc en vue les roulements de la cloche et en dessous les engrenages.

    Démontage d’un winch

    Voila donc la cloche avec ses roulements à aiguille qui trouvent place dans le corps de la cloche. La cloche porte aussi le nom de poupée, voir de camelle. Mais n’allez pas croire qu’en les appelant poupée vous allez intéresser les équipières. Elles sont rares à se lancer dans une partie de déshabillage d’un winch, même si vous lui donnez le nom de Barbie, vous ne le lui ferez pas croire. Vous voyez aussi sur la droite l’axe de manœuvre et le doigt d’extraction sur lequel j’ai remis en place  la collerette et ses vis.

    Démontage d’un winch

    Maintenant je vais enlever l’axe qui retient l’engrenage de grande vitesse en le faisant monter à l’aide d’un tournevis en passant par l’encoche que vous voyez au dessus de l’engrenage. Ensuite l’engrenage pourra sortir par le côté. Celui-ci m'a donné bien du mal pour l’extraire. 

    Démontage d’un winch

    Voila l’engrenage déposé et démonté les pièces s’emboitent sans fixation. Les deux roulements s’intègrent par le dessous dans l’axe de la grande couronne et la rondelle en plastique est une cale de jeu qui vient entre l’engrenage et la platine du winch. Vous apercevez la crémaillère intérieure de la grande couronne et le cliquet qui fait saillie en dessous de la petite couronne. Vous suivez toujours, alors je vous félicite.

    Démontage d’un winch

    Sur la vue suivante, c’est l’extraction de l’axe qui va libérer l’engrenage de la petite vitesse. Vous voyez en haut de l’axe central de la cloche les deux fenêtres en opposition qui reçoivent les demi-lune que nous avons enlevées en début du démontage. Ce sont deux parties qui passent par ces fenêtres et viennent se ficher dans une rainure sur le haut de l’arbre de manœuvre.

    Démontage d’un winch

    Voila l’éclaté de l’engrenage de petite vitesse, le système est identique  l’autre, des roulements à aiguilles qui relient l’axe avec la couronne centrale, une rondelle en cale de jeu, et la grande couronne avec sa crémaillère intérieure qui vient chapeauter l’ensemble, (les pièces sont à l’envers sur cette photo). (Sans dessus dessous). Et vous vous avez la tête à l’ envers ou vous vous êtes perdus ?

    Démontage d’un winch

    Là nous allons déposer l’axe principal du winch il est fixé à la platine de winch par trois vis à six pans creux qu’une clé halène permettra de dévisser.

    Démontage d’un winch

    Voila l’axe central déposé vue de dessous, un clip retient un roulement à aiguille qui sert au centrage sans résistance de l’axe de manœuvre. Sur des winchs plus petits un simple palier en plastique est suffisant.

    Démontage d’un winch

    Là sur cette photo on voit mieux la configuration de l’axe central du winch le roulement déposé et le clip.

    Photo 3

    Maintenant nous avons la platine du winch complètement déshabillée, on y voit les deux cages pour les axes des engrenages  et les trois massifs dans lesquel les vis six pans creux viennent fixer l’axe central du winch. (Que l’on appelle aussi colonne).

    Démontage d’un winch

    Voila le chantier de nettoyage avec des pièces en tous sens. Si vous en êtes à votre  première placez les pièces dans leur ordre de dépose cela vous évitera des tracas au remontage,  vous pouvez aussi faire des photos numériques pour savoir comment se positionnent les pièces. Il y a plus de trente pièces pour ce winch.

    Démontage d’un winch

    Voilà pour les bricoleurs et les skippeurs qui ont de l’entretien à faire. Ou pour les équipières qui veulent se dire égales aux marins de sexe mâle.

    Mesdames et mesdemoiselles si vous êtes arrivées jusqu'à cette conclusion, il y a de l’espoir pour votre diplôme de capitaine.

     


    2 commentaires
  •  

    Un tour en liberté à Fort de France

     

    Pourquoi, un tour en liberté, parce qu’une reproduction à échelle humaine de la statue de Bartholdi m'a ouvert la voie sur une façade d’un magasin sur le front de Mer. Incitation à la découverte des quartiers proches du centre ville sans en être au cœur.

    Un tour en liberté à Fort de France

    Pour atteindre les faubourgs il faut franchir le pont qui enjambe le canal Levassor. Ce canal sert aussi d’abri à une dizaine de bateaux de pêche et pas de gros bateaux, non des  barques qui peuvent passer sous les deux ouvrages  qui se situent non loin de l’embouchure en  réduisant le tirant d’air.

    Un tour en liberté à Fort de France

    A l’image un peu des favélas de Rio, me voilà grimpant par des ruelles, des escaliers, des passages insolites à l’assaut du Morne Tartenson. De là je commence à surplomber la ville qui est délimitée par le canal.

    Un tour en liberté à Fort de France

    Je continue mon ascension, saluant de ci de là les habitants qui sont aux dehors,  qui ne voient surement pas au quotidien des promeneurs en ces lieux. Mais je n’ai aucune angoisse, les gens sont souriants, affables, sympathiques. Une plaisanterie pour l’un ou l’autre, un salut amical pour tel autre, tout se passe bien, je n’ai pas fait de photos des détails, qui m’auraient intéressé, cela n' aurait peut être pas était bien vue. Dommage pour vous il vous faudra imaginer, ou venir à votre tour ici pour découvrir, les étendages de fortunes, les contenants de récupération en tous genres qui ont fonction de pots de fleurs ou pour plantes comestibles, les clôtures faites de bric et broc, et autres foules de détails à la Dubout.

    Un tour en liberté à Fort de France

    Sur les hauteurs des rues, des boulevards, des avenues desservent diverses administrations, les maisons y sont sans comparaisons aucune avec celles rencontrées dans mon escalade. Façades peintes, balcons fleuris, terrasses arborées, huisseries de couleurs chaleureuses.

    Un tour en liberté à Fort de France

    Une villa un peu en désuétude avec bien du charme cependant,  dissuade les importuns avec deux statues de panthères noires en haut des escaliers qui donnent accès à une terrasse.

    Un tour en liberté à Fort de France

    Une église Orthodoxe avec son clocheton nous transporte dans les îles Grecques en une fraction de seconde, télétransportation.

    Un tour en liberté à Fort de France

    Le lendemain, content de mon escapade, je rechausse mes bottes de 7 lieux pour partir à la découverte du calvaire qui surplombe le cœur de ville. Je suis dans l’alignement de la rue Félix Éboué, elle mène à la Savane que l’on devine sous les frondaisons devant la baie des flamands, où  Exocet m’attend sagement.

    Un tour en liberté à Fort de France

    Du haut, je contemple également la vaste étendue du Fort Saint Louis qui avance dans la baie de Fort de France, protégeant la ville et ses mouillages du haut de ses hautes fortifications. Dans le lointain la pointe du bout et les trois îlets, sous un ciel d’Alizé.

    Un tour en liberté à Fort de France

    Revenu au niveau de la Mer, je parcours le Malécum avec son aire pour enfants, balancelles, balançoires, tourniquets, et plus loin des terrains de basket, des jeux de boules pour les plus grands et plus anciens.

    Un tour en liberté à Fort de France

    Tout à côté du monument aux morts ce mastodonte inspire le respect, quel âge a-t-il, de quelle espèce est t’il un représentant, je l’ignore c’est un reproche que je ferais volontiers à monsieur le Maire à ma prochaine entrevue avec lui : (installer des plaquettes avec le nom des arbres et leurs caractéristiques).

    Les enfants des écoles pourraient en êtres les auteurs, et les parrains ce serait une bonne idée non ?

    Un tour en liberté à Fort de France

    Le Malécum se termine par un chemin qui passe en arrière de la plage de la Française, là réside un rasta, qui a un gout assurément artistique, pour faire ses œuvres éphémères, avec des matériaux que la nature lui procure.

    Un tour en liberté à Fort de France

    Je termine ce tour en liberté par le kiosque à musique Henri Guédon, pour rejoindre Exocet qui s’encadre entre les colonnes du kiosque. Il est au premier rang avec ses petits camarades à un jet de pierre du Malécum.

    Un tour en liberté à Fort de France

    Exocet à quitté Fort de France pour de nouvelles découvertes, je vous en ferais l’écho, comme souvent, à bientôt donc.


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires