• Bonne Année 2013


    2 commentaires
  • La traversée vers les Antilles

    Avant première

     

    Nous avions encore une journée à passer au mouillage de Praia avant de faire le plein d’eau et les formalités de sortie. Aussi nous l’avons mis à profit cette journée pour encore faire un tour sur le plato comme ils disent ici.

     

    La traversée vers les Antilles 3

    Nous allons donc une fois l’annexe à son ponton pour nous attendre, à pied car ce n’est pas le bout du monde jusque dans le centre de la cité. La seule difficulté est de grimper le long de la route qui escalade cette (presque) falaise, pour arriver sur le grand plateau qui domine la baie. Là on comprend pourquoi en un temps où la piraterie faisait des razzias sur les villes littorales les stratèges avaient choisis ce cite pour en faire la capitale, car la baie profonde été défendable depuis les deux côtés de l’ouverture sur la Mer par les tirs croisés de canons installés sur ces deux avancées vers le larges, puis si les intrus réussissaient malgré tout à entrer ils étaient sous le feu de l’artillerie placé sur la hauteur.

    La traversée vers les Antilles 3

    Nous avons parcouru les rues un peu désertes en ce dimanche les commerces sont majoritairement pour ne pas dire entièrement fermés. Nos pas nous ont conduits sur la grand place, l’artère principale, puis par des escaliers cheminant sur la falaise nous avons rejoint le marché Africain dans la partie basse de la ville nous avons marchandé quelques fruits et légumes plus pour le folklore que par besoin, puis c’est avec un taxi hors d’âge que nous avons rejoint Exocet, la matinée a comme cela était bien remplie.

      

    La traversée vers les Antilles 3

    L’après midi, un bateau ami connu de Port Camargue venait mouiller non loin d’Exocet à bord un couple, Pascale et Christophe avec trois de leurs filles Élisa, Julia, Carla, toutes jeunettes et bien mignonnes le portrait de leur maman, accompagnées de la grand mère des gamines, la maman de Pascale.

    Avec eux un équipier rencontré ici même, les aide pour aller faire le plein de carburant je m’étonne car j’avais l’info contraire pas de distribution de carburant le dimanche? Puis ce n’est pas tout de mon étonnement, les voilà manœuvrant pour aller sur le quai des cargos et des ferrys pour y faire le plein d’eau ?

    Là aussi il m’avait été dit: pas de service d’eau, vas comprendre. Avec l’annexe je vais me renseigner directement auprès du porteur d’eau un camion poussif équipé d’une citerne qui n’inspire pas vraiment confiance mais la possibilité de faire nous aussi le plein de nos réservoirs m’est confirmé à condition de venir sitôt la place libérée par Vanilys notre compatriote. Retour à bord et l’équipage met tout en œuvre pour lever l’ancre, pare battages à poste, amarres prêtes, moteur en route, machine en avant lente. Nous sommes au rendez-vous avant que l’Océanis 50 n’est fini son approvisionnement, Merci l’équipage, juste débarqué de leur avion et déjà opérationnel sans une fosse note, sans un mot, sans une bavure! Cela est de bons augures pour la traversée.

    La traversée vers les Antilles 3

    Nous ferons un presque plein, le petit réservoir de 65 litres et les deux bidons de 25 litres chacun n’ont pas eu la visite du tuyau d’eau, la citerne serait vide, vrai ou faux va savoir. Il nous est promis le complément pour le lendemain matin 7 heures 30, mais nous devons payer la totalité de la livraison complément du lendemain compris, je le sens pas vraiment bien ce plan là…

    Retour au mouillage puis nous irons une fois de plus à terre pour une balade sur la terre ferme avant que de n’avoir que le pont d’Exocet pour notre jogging quotidien. Nous retrouverons en ville à une terrasse de bistro ouvert la mamie des fillettes et cet équipier sympathique qui n’avait passé à bord que quelques minutes mais avait apporté son aide pour les manœuvres. Nous prendrons un apéro en leur compagnie alors que Vanilys lève l’ancre et appareille pour le Marin en Martinique avant que la nuit ne recouvre de son manteau l’Océan, il aura de l’avance sur Exocet qui partira une fois les formalités de sortie effectuées le lendemain si tout va pour le mieux.

     

    La traversée vers les Antilles 3

      

    Lundi 3 décembre 2012, à la première heure comme dit Exocet manœuvre pour aller à ce complément d’eau mais pas de camion ? A-t-il une panne d’oreiller ? Un incident de démarreur ? Une crevaison, qui peut le dire il n’est pas au rendez-vous c’est tout. Nous ferons de multiples ronds dans l’eau en l’espérant en vain. De guerre lasse je planterais une fois encore l’ancre dans les eaux vaseuses de cette grande baie Cap Verdienne. Pour aller avec l’annexe faire les papiers de sortie qui nous libérerons de toutes attaches avec le Cap Vert, la civilisation, les humains pour la quinzaine de jours à venir que je prévois avec un bon peu d’optimisme pour rallier la Martinique

    Il me faudra bien un peu de patience pour attendre le fonctionnaire, qui se partage entre deux bureaux alors il ne peut être aux deux endroits en même temps, une heure à faire le pied de grue devant la porte sur laquelle figure les horaires d’ouverture  (8 heures 16 heures du lundi au vendredi.) il est 9 h 30 que j’y trouve la porte close. Mais elle s’ouvrira bien un moment ou un autre.

    11 heures j’ai les tampons officiels du préposé de la police de l’émigration. La police de l’air et des frontières chez nous. Il me faut maintenant récupérer les papiers du bateau qui sont consignés à la police locale et payer une taxe après avoir encore une fois rempli des papiers apposé des signatures, avoir était visé par un officier qui avec une application d’écolier y tamponnera les visa de sortie et d’une main ayant révisé le mouvement le bonifiera de sa signature.

    Exocet est libre, vas, vas à la découverte des étendues Océaniques; vas faire ce que tu as tellement attendu, espéré, envié de tes semblables, vas traverser l’Océan vas rejoindre les Antilles, les Mers chaudes, les accents Créoles, vas tracer ta route, vas fendre les flots et tracer sur l’Océan la ligne écumante de ton sillage illuminé de la vie planctonique agitée par ton passage.

    Vas Exocet vas, nous sommes trois à ton bord pour te servir.

    Dis nous ce que tu veux nous sommes trois pour toi.

    Bonne Mer bon vent.

     

     


    votre commentaire
  • La traversée vers les Antilles

    Prologue

     

    Avant de ne faire le grand saut d’un côté à l’autre de l’Océan Atlantique, et pour ne pas malmener mon équipage fraichement débarqué de leur avion, je pensais qu’une virée dans l’ile de Santiago serait un prologue bienvenu et agréable pour mes compagnons de voyage avant de ne s’attaquer au plat de résistance de ces jours de Mer qui nous attendent. J’avais dans cette intention fait la réservation de la voiture pour le jour entier suivant leur arrivée. Nous allons donc profiter du véhicule pour partir en exploration de l’ile Capitale de l’archipel Cap verdien. Un bémol cependant allait s’imposer à nous, la météo plus que pas favorable, un ciel bas, couvert de gros nuages lourds de pluie le soleil aux abonnés absents. Mais il nous faillait faire avec ou renoncer, nous avons accepté le défi.

     

    La traversée vers les Antilles 2

                          Les routes nous ont conduites un peu en dehors des sentiers battus, prenant à l’improvisation des routes que pas un panneau indicateur renseigné sur leur destination ainsi une route large, asphaltée correctement ne nous mène qu’à un centre de traitement des ordures ménagères, mauvaise pioche. La barrière nous interdit d’aller plus loin. Une marche arrière, un demi tour, et deux kilomètres de goudron déjà parcourus dans l’autre sens et nous voila sur le grand axe de l’ile plus loin à tribord toute, une autre route part en direction de la Mer côté Est nous la prenons cela monte, descend, tourne à droite puis à gauche, des cultures de ci de là, des bosquets d’arbustes par moment, des pâtures pour chèvres en intermittence, des piétons qui nous interpellent  pour que nous les prenions à notre bord mais comment s’arrêter et ne prendre qu’une personne sur les 8 qui souhaitent finir le parcours autrement que pédibus ?

    Mais cela nous réconforte sur le fait que sans savoir où nous allons, nous allons vers de la civilisation. Nous nous arrêtons à une station de ravitaillement en carburant, la pompe est couverte de bâches mais nous posons la question sur la possibilité d’abreuver notre carrosse, la réponse est affirmative et une jeune fille à l’aide d’un pichet va soutirer d’un fût le précieux liquide l’unité c’est le broc il doit faire 5 litres pas bien facile de savoir si cela est vrai ou un peu exagéré. Allons donc pour deux brocs. Nous paierons au comptoir de ce qui est à la fois alimentation, quincaillerie et surement tout ce que les habitants de ce Pueblo ont besoin au quotidien. Mais c’est sympathique et fort en couleurs locales pas possible de faire de photos pour cause de météo. Reprenons la route elle va on ne sait pas où mais elle y va alors première, seconde, et Andiamo...

    La traversée vers les Antilles 2

    Nous verrons des zones de culture, des landes en friches, des plantations de cannes, de maïs, de plantes grasses. La route se fera sur des chemins à peine carrossable, des tronçons de pavés, des parties en travaux de recalibrage et de rectification de trajectoire sautant des vallons, mangeant des collines pour éviter un ancien tracé qui plongeait dans le fond de la vallée en de sinueuses méandres pour remonter pareillement sur l’autre versant.

    La traversée vers les Antilles 2

    Nous ferons halte dans un bourg plus important que les hameaux traversés pour nous restaurer un hôtel restaurant, avec une terrasse surement accueillante un jour sans pluie s’offre à nous, allons voir la carte.

    L’accueil est décontracté mais pas de service pour ce midi de prévu, nous voila bien Penaud, mais après palabres et en insistant il nous sera proposé une omelette ou brouillade avec du riz parsemé de petits pois, une, deux bières cela fera un repas correct terminé par un café. Nous ne paierons pas un prix abusif.

    Nous reprenons la route pour retrouver plus loin la grande artère qui nous ramène à Praia pour restituer en temps et heure la voiture. Une bonne journée malgré le temps qui ne faisait pas partie de l’excursion mais un bel aperçu de l’arrière pays, et une image bien différente des photos des guides de voyages.

                           

    La traversée vers les Antilles 2

     

     


    votre commentaire
  • Joyeux Noel

    Toute la petite Famille se Réunie

    Pour souhaiter un Joyeux Noel à Exocet

    et son équipage.

     


    3 commentaires
  •  

    La traversée vers les Antilles.

    Préface

     

    Me revoilà auprés de vous pour raconter le début de cette aventure humaine qui chaque année égrène des centaines de bateaux  sur les eaux de l’Atlantique, entre les iles de cet Océan et le nouveau continent. Le nouveau monde disait on avant. C’est peut être ce vocable qui apporte encore sa part de rêve à ce peuple en migration qui va au devant de sa vie, de ses rêves, de ses passions.

    La traversée vers les Antilles 1 

    Tout au long de ma pérégrination le long des côtes de notre Europe puis de ces iles,  mais aussi au Cap vert qui entre parenthèse n’a rien gagné dans son indépendance, j’imagine ce que serait  ces iles si elles étaient encore sous la responsabilité du Portugal et donc Européenne. De tous les bateaux avec les quels j’ai eu plaisir à parler, échanger les projets, j’en retire la conclusion que tous nous allons ailleurs chercher un idéal que nous n’avons pas trouvé dans notre vie au quotidien, et ce que quelque soit le lieu de leur résidence, ce n’est  donc pas uniquement pour trouver un éternel été que les marins de la plaisance se décident un jour à faire traverser leur bateau, leur rêve, leur vie.

    La traversée vers les Antilles 1

    Les uns sont en famille, femme, enfants à leur bord, d’autres ont choisi de partir seul,  le vivent parfaitement, et ceux qui profiteront  de ce défi pour le partager avec des copains, des amis, des équipiers. Mais tous nous allons devant nous, devant notre vie, devant nos rêves. C’est cette dernière façon que j’ai choisi, plus pour les autres que pour moi, les sauts de puce à l’échelle des Océans que j’ai fait entre le Portugal et l’ile de Porto Santo, de Madère aux Canaries et des Canaries au Cap Vert m’ont appris à savourer la navigation en solitaire les heures de contemplations, les moments où l’on est à l’écoute de son propre rythme. De ses aspirations de ses rêves. Mais pour mon entourage je savais que cela serait mieux vécu si je n’étais pas seul à mon bord. Bien que seul à bord ne soit pas exact  on est deux, le bateau et son skipper, cela fait un couple, une force, un équipage.

    Mais je suis aussi heureux d’offrir la chance de faire partager cela avec des copains, des amis, des frères. On va aussi à la recherche de soi même au travers du regard des autres, les moments de partage  sont riches à bord d’exocet.

    Ces copains, Pierre & Didier, je suis allé les accueillir à l’aéroport de Praia en milieu de nuit, l’avion posait son train d’atterrissage sur la piste avec quelques minutes de retard il était minuit passé. Les voyageurs sortaient au compte gouttes, avec les valises entassées sur les caddies c’est les formalités de police et de visa qui généraient ce flux épisodique. La voiture de location que j’avais retenue pour ce fait était tout à côté sur le parking et 10 minutes plus tard nous étions à  bord, contents de se revoir, contents de se retrouver pour cette traversée baptême.

    La traversée vers les Antilles 1

    Exocet était fin prêt pour que tous puissent y trouver un confort et une cabine, malgré la fatigue du voyage et l’heure tardive nous avons échangé les nouvelles, les histoires, les souvenirs jusqu’aux premières lueurs d’un jour naissant. Puis la nuit même courte a permis à tous de se réveiller avec entrain et bonne humeur. Nous avons expédié le déjeuner rapidement pour pouvoir mettre à profit la journée en faisant une longue excursion à l’intérieur de l’ile, mais la météo n’était pas de la partie le temps était bas, gris, pluvieux.

    De retour à la nuit sur Exocet fatiguaient mais contents de ce périple la soirée n’a pas trainé en longueur, il y avait du sommeil à rattraper.

     


    1 commentaire
  • Bon baisers de Fort de France   Voilà Exocet à Rejoint la Matinique

     

    Il est actuellement à l'ancre à St Anne en compagnie d'une centaine de bateaux.

    Bravo à l'Equipage

      

      

     

     

     


    2 commentaires
  • Ah! mon capitaine un rêve qui devient réalité ,

    quelle sensation doit t'envahir!!!! Trés trés heureuse de vous savoir arrivés.

    Merci à Pierre et à Didier de t'avoir accompagés pour leur première transat c'est super!

    Merci à Nadine et Guy pour leur précieuse météo; c'est trés sympa.

    Une pensée pour notre ami patrick qui même loin de nous, y restera toujours trés prés .

    Quelle belle amitié de vous tous , 

    ce blog nous a tous réunis et l' aventure n'est pas terminée........

    Car le mousse rejoint son capitaine avec beaucoup de plaisir le 30 Décembre.     


    1 commentaire
  •  Aprés une nuit tranquille nous avons la terre en vue.

    Le temps est magnifique, nous sommes à l'heure de la Martinique à bord.

    Moins 5 H par rapport à la métropole.

    Encore 36 milles pour passer au sud de l'ilot Cabrits.

    19/12/2012

     

    La position d'Exocet a 13H TU. dernière avant l'arrivée: 14 25N 60 21W

    A 34 milles du mouillage de Saint-Anne.

    Arrivée probable 19 ou 20H TU.

    Des gros bisous de nous 3 pour vous tous.


    1 commentaire
  • Nous avons galopé toute la nuit. Exocet saute de joie.

    Nous sommes à 190 Milles de notre arrivée.

    Les conditions de vent correspondent aux prévisions de Guy.

     

    A 13 H TU notre position est de 14 26 N 57 54 W 

    L'arrivée semble possible entre 17 & 23h TU le 19 .

    Actuellement nous avons les voiles en ciseaux à deux ris.

    Le Soleil et de petits nuages jouent à cache cache

     

    18/12/2012


    2 commentaires
  • Position a 13h TU: 14 49 N 55 20 W

    A 322 Milles de l'arrivée prévue le 19 vers 23h TU.

     

    Nous avons du vent depuis 3h TU.

    Nous sommes sous spi à une vitesse de 5nds.

    Nous avons toujours en vue le beluga et 2 autres Bateaux plus loin.

    C'est une belle journée, soleil et alizé Bref le bonheur. 

    L'équipage est en forme et à un moral au top.

    17/12/2012 

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires